Category: Choléra

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

Kinshasa, 11 février 2018.- Ce vendredi 9 février 2018, le Ministre de la Santé, le Dr. Oly Ilunga Kalenga a visité les deux centres de traitement de choléra (CTC) fonctionnant à Kinshasa, à savoir celui de Pakadjuma, dans la commune de Limete, et celui de Camp Luka à Ngaliema.

Par ce geste, le Dr Oly Ilunga Kalenga voulait sentir les réalités du terrain et voir les aspects pratiques de la riposte contre la flambée épidémiologique de choléra dans la capitale. A Pakadjuma d’abord, le Ministre a visité les deux bladders (réservoirs d’eau mobiles) installés par le Ministère de la Santé avec le Programme National d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies Diarrhéiques (PNECHOL-MD), en vue d’approvisionner les CTC mais aussi la population de Limete industriel 3 en eau potable.

La mise en place de ces bladders de plus de 10 milles mètres cubes chacun fait partie de la nouvelle stratégie de riposte contre le choléra initiée par le ministère.

« La nouvelle stratégie, qui est tout à fait innovante, a permis en un court laps de temps d’inverser la courbe et de réduire la flambée de choléra à Kinshasa. Contrairement aux années antérieures où les flambées duraient plusieurs mois vous voyez que, en quelques semaines, la courbe s’est inversée et nous ne comptons plus aucun cas de choléra à l’épicentre de l’épidémie », a expliqué le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Alors que les stratégies des années antérieures reposaient essentiellement sur la prise en charge des malades, la nouvelle stratégie est constituée de 3 axes principaux : la prise en charge, l’accès à l’eau potable et la sensibilisation communautaire pour briser la chaîne de transmission du choléra.

En ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable, le Ministre de la Santé a précisé que l’installation des bladders est une mesure d’urgence temporaire. Le Ministère de la Santé travaille déjà avec la Regideso pour mettre en place des points d’accès à l’eau potable permanents, a-t-il précisé.

Selon le Ministre, c’est l’approche communautaire de quadrillage qui a permis de maîtriser rapidement la flambée à Kinshasa. Cette approche consiste notamment à la sensibilisation de masse, à la distribution de kits d’hygiène, à la distribution des purifiants d’eau, à la désinfection des ménages, et à la recherche active des cas de choléra.

Toutefois, le choléra n’est pas encore éliminé à Kinshasa et dans le reste du pays. Par ailleurs, d’expérience, les experts du PNECHOL-MD savent que le prochain pic risque d’arriver en avril-mai et ils se préparent en conséquence. Ainsi, nous ne pouvons pas encore baisser la garde et le Dr Oly Ilunga Kalenga a demandé à la population de rester vigilante et de continuer à observer toutes les mesures d’hygiène, plus particulièrement le lavage des mains avec du savon ou de la cendre et la chloration de l’eau.

Ces mesures d’hygiène doivent devenir des habitudes qui nous permettront de rester en bonne santé, a insisté le Ministre.

Le Centre de Traitement de Choléra de Camp Luka complètement vide

Alors que le CTC de Camp Luka admettait une cinquantaine de patients par jour au mois de janvier, le Dr Oly Ilunga Kalenga fut heureux de constater que le centre était complètement vide à son arrivée.

Le Ministre a remercié et félicité chaleureusement tout le personnel médical présent pour avoir contribué avec tant de courage au succès de la riposte.

Maman Marie-Ange du service d’hygiène au CTC de Camp Luka, a remercié le Ministre de la Santé pour son implication dans la lutte contre cette maladie. Lorsque le CTC a été installé, les habitants de Camp Luka craignaient que ce centre ne devienne le centre de la mort. Mais grâce au travail du gouvernement et de ses partenaires, le CTC s’est transformé en centre de la vie où tous les malades du choléra, à l’exception d’un seul, sont sortis guéris, a-t-elle déclaré.

 

 

FIN

Message de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga au point presse sur la situation du choléra à Kinshasa

Message de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga au point presse sur la situation du choléra à Kinshasa

Chers professionnels des médias de Kinshasa,

Comme vous le savez, la République Démocratique du Congo fait actuellement face à une flambée de choléra depuis quelques mois. De manière générale, la situation globale du choléra dans l’ensemble du pays est à la baisse depuis 4 semaines consécutives. A la semaine 50, allant du 11 au 17 décembre 2017, 939 cas de choléra et 16 décès ont été rapportés dans 60 zones de santé et 14 provinces de la RDC.

Il reste, cependant, 5 provinces du pays où la tendance est plutôt à la hausse. Il s’agit des provinces du Sud-Kivu, du Kasaï, du Kongo Central, du Lualaba et de la province de Kinshasa. La ville province de Kinshasa a enregistré, depuis le 25 novembre 2017, 123 cas et 10 décès. Le premier cas de cette épidémie a été signalé dans l’aire de santé Lonzo au quartier Camp Luka dans la zone de santé de Binza-Météo, par le décès d’un homme d’une trentaine d’années décédé le 27 novembre 2017. D’après nos investigations, cet homme a séjourné à Kimpese dans le Kongo-Central avant de se rendre à Kinshasa. L’alerte a été donnée et la Division provinciale de la Santé a aussitôt lancé la riposte.

Ce n’est pas la première fois que la province de Kinshasa est confrontée à une épidémie de choléra et nos équipes de la division provinciale ici présentes sont équipées pour mener à bien la riposte contre cette maladie. Kinshasa a connu une épidémie de choléra de 2011 à 2013 et a enregistré quelques cas en 2016 et 2017.

Nous insistons sur le fait que Kinshasa n’est pas une zone endémique de choléra. Et tous les cas de choléra que la province de Kinshasa a connus proviennent toujours de cas importés.

Le combat contre le choléra est la responsabilité de tous. Nous devons tous nous impliquer pour protéger nos communautés et nos proches. Vous, les médias, êtes nos premiers partenaires pour la sensibilisation de la population. C’est pour cela que nous avons fait appel à vous et invité à ce point presse aujourd’hui.

Nous comptons sur votre aide pour convaincre la population à respecter les mesures d’hygiène de base, notamment :

  • Boire de l’eau propre, bouillie ou traitée avec du chlore ;
  • Bien laver les fruits et légumes avec de l’eau propre ;
  • Bien cuire les aliments et les manger chauds ;
  • Se laver correctement les mains avec de l’eau propre et du savon ou de la cendre avant de préparer les aliments, avant de manger, avant d’allaiter et après avoir changé 
les couches d’un bébé, et après avoir été aux toilettes ;
  • En cas de diarrhée aqueuse et aigue avec ou sans vomissement, entrainant une perte de liquides, amener le plus rapidement le malade
au centre de santé le plus proche et lavez vous les mains après l’avoir touché ;
  • Utiliser des latrines propres, et ne pas déféquer à l’air libre.

Je vous remercie

Dr Oly Ilunga Kalenga

 

 

Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Kinshasa, le 02 novembre 2017 – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, s’est rendu ce jeudi 02 novembre 2017 dans la zone de santé d’Ilebo, dans la province du Kasaï. Le Dr Oly Ilunga Kalenga a tenu à se rendre dans la zone après avoir été informé de l’arrivée récente et la progression inquiétante du choléra dans cette province de la République Démocratique du Congo.

Le Ministre provincial de la Santé de la province du Kasaï, Dr Tshoko, a réservé un chaleureux accueil au Ministre national avec lequel ils ont longuement échangé sur la situation sanitaire dans la province et les défis auxquels le système de santé est confronté.

Après cette cérémonie officielle, le Dr Oly Ilunga Kalenga a été à la rencontre des équipes du Programme national d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD) qui travaillent nuit et jour dans la localité depuis l’apparition des premiers cas durant la première semaine d’octobre. Il a profité de l’occasion pour réapprovisionner le stock de médicaments et de chlore essentiel pour le traitement de l’eau.

« Nous sommes ravis d’avoir pu recevoir le Ministre de la Santé dans la zone de santé d’Ilebo. Une autorité de cette envergure qui descend sur terrain palper la réalité des malades est un évènement rarissime pour la population locale. Sa décision de venir aussi rapidement sur les lieux témoigne de son engagement aussi bien politique que personnel dans la riposte contre le choléra. Lors de sa visite, il nous a rassuré de son soutien et nous a offert de précieux conseils sur la gestion du CTC. Sa présence à nos côtés aujourd’hui a réveillé en nous le zèle du mieux faire et la motivation d’en finir avec ce combat des titans dans la région. », a dit M. Dieudonné Bokwala, Coordonnateur du comité local de lutte contre le choléra basé à Ilebo.

Avant de partir, le Dr Oly Ilunga Kalenga a salué la bravoure, l’esprit patriotique et la rapidité d’action des équipes d’Ilebo qui étaient les premières à arriver sur place le 19 octobre 2017, juste quelques jours après la notification des premiers cas. «  Face à la flambée épidémique à laquelle nous sommes confrontés, nous ne pouvons pas nous permettre d’être attentistes. Nous devons nous mobiliser et compter d’abord sur nos propres ressources, aussi bien humaines que financières, si on veut s’en sortir. », a précisé le Ministre de la Santé.

A l’heure actuelle, le choléra a déjà causé au moins 22 décès au Kasaï, l’une des quatre provinces du « Grand Kasaï ». Pour rappel, la dernière épidémie connue dans la région du « Grand Kasaï » remonte à 2002. La crise humanitaire liée aux évènements dits de « KAMUENA SAPU » a fortement contribué au retour du choléra dans région en augmentant la vulnérabilité des populations et en affaiblissant la capacité d’action du système de santé.

Avant de rentrer à Kinshasa, le Ministre et sa délégation ont fait un arrêt à Kananga où ils ont visité l’Hôpital général de Référence et vérifié l’avancée des travaux de construction du nouveau centre de distribution régionale des médicaments.

Ce vendredi 03 novembre 2017, le Ministre se rendra à Kimpese dans le Kongo Central pour continuer ses visites de terrain dans le cadre de la riposte nationale contre le choléra.

FIN

Visite du Ministre de la Santé aux Etats-Unis pour accélérer la création d’un Centre de détection et de contrôle des maladies en RDC

Visite du Ministre de la Santé aux Etats-Unis pour accélérer la création d’un Centre de détection et de contrôle des maladies en RDC

Kinshasa, 09 octobre 2017 – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a effectué du 02 octobre au 04 octobre 2017 une visite de travail au Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta aux USA. L’objectif principal de la mission du Dr Oly Ilunga Kalenga aux Etats-Unis était d’accélérer la création d’un centre de prévention, de contrôle et de riposte contre les épidémies (CDC) en République Démocratique du Congo.

 

Pour ce faire, le ministre de la santé s’est fait accompagner de deux spécialistes congolais de renommée internationale, à savoir le professeur Muyembe, expert mondial pour la maladie à virus Ebola et le professeur Bompangue, expert du choléra.

Le Ministre de la Santé et sa délégation ont commencé leur mission par la visite du CDC à Atlanta qui est le plus grand centre mondial pour la prévention, la détection et la lutte contre les maladies infectieuses à potentielle épidémique. Les partenaires du CDC à Atlanta ont confirmé leur volonté de fournir un appui technique au ministère de la santé pour la mise en place d’un CDC en RDC.

« Nous avons eu plusieurs réunions avec nos partenaires CDC à Atlanta. Durant ce séjour, on a accéléré la mise en œuvre de ce centre qui aura trois composantes : un laboratoire d’analyse de très haute sécurité qu’on dit de niveau P3 et un centre de recherche où l’on fera à la fois de la recherche clinique, opérationnelle et l’analyse des données provenant de la surveillance. La troisième composante sera un centre des opérations d’urgences qui aura deux missions, à savoir : la surveillance épidémiologique et la division d’intervention rapide pour une riposte efficace aux flambées épidémiques à travers tout le pays. Cette riposte consistera à contenir la flambée épidémique, la menace sanitaire et à éliminer cette menace», a déclaré le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Lors de son passage à Atlanta, le Dr Oly Ilunga Kalenga s’est également entretenu avec Mutombo Dikembe, membre du Conseil d’Administration de la Fondation CDC Atlanta et fondateur de la Fondation Mutombo Dikembe. L’ancienne gloire du basketball a salué l’initiative du Ministre qui vise à améliorer la santé de tous les Congolais. «Ce CDC sera là en premier pour répondre aux différentes questions liées à la santé des Congolais et la Fondation Mutombo veut travailler avec le ministre de la Santé pour que ce centre puisse être l’un des meilleurs. Je plaide déjà pour les problèmes de Santé pour d’autres pays, le moment est venu pour moi, en tant que Congolais de naissance, d’intervenir pour mon propre pays dans le domaine de la santé », a promis Mutombo Dikembe.

 

 

 

 

 

 

 

« La RDC veut se situer parmi d’autres pays qui s’avance dans le domaine de la médecine et qui ont leur propre centre de contrôle. Il y a beaucoup de maladies qui se propagent en Afrique et qui tuent plusieurs personnes, comme l’Ebola, le choléra et tant d’autres maladies dont beaucoup de pandémies. », a poursuivi Mutombo Dikembe, qui a même proposé de participer à des campagnes de sensibilisation et d’information sanitaire, afin d’aboutir à un changement des comportements de la population congolaise et de réduire la mortalité.

Une fois le volet technique de la mission clôturé, le ministre s’est ensuite envolé pour Washington DC afin de discuter avec la Banque mondiale et USAID des aspects financiers de la création du CDC RDC. Le ministre a profité de cette visite pour participer, du 05 au 06 octobre, à plusieurs séances de travail avec les différents cadres de ces institutions partenaires du Ministère de la Santé. Outre le CDC, ils ont également parlé d’autres questions liées au système de santé. (BUATA)

Professeur Didier Bompangue: « L’insalubrité n’est pas à l’origine du choléra » 

Professeur Didier Bompangue: « L’insalubrité n’est pas à l’origine du choléra » 

Kinshasa, 19 septembre 2017  ( ACP ). – L’insalubrité ni les immondices ne sont à l’origine du choléra, a déclaré mardi à Kinshasa le directeur du Programme national de l’élimination du choléra et des maladies diarrhéiques (PNECHOL), le Dr Bompangue Didier. Le choléra, a-t-il dit, est lié à la transformation des aliments ou d’eau souillée par des bactéries de choléra.

« La principale activité pour répondre à l’épidémie de choléra en cours est de bien notifier la provenance de cas et d’apporter les réponses en termes d’eau, d’hygiène et de l’assainissement. C’est d’abord un problème d’apport en eau dans les lieux concernés et nous focalisons cette réponse sur les personnes vulnérables, des endroits où il y a des personnes déplacées, autour du lac. Ce sont des zones éligibles à la vaccination qui est une activité additionnelle de la réponse », a indiqué le Dr Bompangue, ajoutant que dans le Plan global de riposte qui a été élaboré par le ministère de la Santé avec l’appui de ses partenaires, notamment l’OMS, le MSN et l’UNICEF, il est prévu une éventuelle campagne de vaccination.

 

Les deux portes d’entrée de Kinshasa sont quadrillées

Selon le Dr Bompangue, les deux portes d’entrée du choléra, notamment le Nord et le Sud,  sont actuellement quadrillées et les équipes travaillent également à l’amélioration du niveau de préparation des structures de prise en charge de cas à Kinshasa. A Kinshasa, a dit le directeur du PNECHOL, le risque est encore là, mais le système est préparé à cette éventualité.  Il a souligné que l’on discute sur la question du déplacement ou pas du centre de prise en charge à Pakadjuma vu la vulnérabilité de la zone. « A Kinshasa, on ne parle plus de Pakadjuma comme une partie de la ville, c’est une stigmatisation des habitants de cette zone. Le problème est qu’ils ont le malheur d’avoir au sein de leur quartier une structure de prise en charge de choléra, peu importe la provenance des cas « , a-t-il ajouté.

Il a soulevé que les niveaux de surveillance et de détection précoce ont été élevés et qu’aussi, on connaît les lieux de provenance, les portes d’entrée possible du choléra à Kinshasa. Les principales portes d’entrée sont les ports principaux des bateaux et des baleinières en provenance des régions du Nord et toutes les portes d’entrée possible du Sud avec les camions en provenance du Kongo Central.

Le PNECHOL a été créé le mois dernier par le Dr Oly Ilunga Kalenga pour redonner une nouvelle impulsion à la manière de prendre en charge le choléra en RDC. Ce programme est également l’un des éléments de réponse à cette nouvelle vision de gérer le choléra dans ce pays, notamment Fédérer tous les efforts et toutes les énergies autour du ministère de la Santé en sachant que cette restructuration n’enlève en rien tous les efforts multisectoriels autour du ministère du Plan à travers le Comité national d’eau, hygiène et assainissement, a-t-il conclu. ACP / BUATA

Présentation du plan global de riposte d’urgence aux épidémies de choléra en cours en RDC

Présentation du plan global de riposte d’urgence aux épidémies de choléra en cours en RDC

Kinshasa, O8 septembre 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, a présidé, vendredi, au salon bleu de l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa, la cérémonie de présentation du plan global de riposte d’urgence aux épidémies de choléra en cours  en RDC, en  présence des acteurs nationaux et aux différents partenaires du secteur de la santé.

Le ministre la Santé a qualifié, devant les acteurs nationaux et les différents partenaires de la santé notamment l’OMS, l’UNICEF, CDC (Centre de contrôle et de prévention des maladies) et MSF, cette situation d’une urgence humanitaire et les a invités à agir en conséquence en mobilisant le fonds, à continuer s’investir et à demeurer innovants. Le ministère de la santé a déjà pris des mesures et mis à disposition des moyens pour cette riposte, a conclu Oly Ilunga Kalenga.

Prenant la parole,  au cours de cette cérémonie organisée en marge de la réunion du comité national de la lutte contre la maladie spécial choléra (CNC spécial choléra), le directeur du Programme national d’élimination du choléra et de lutte contre les maladies diarrhéiques (PNECHOL), Didier Bompangue, a  précisé que ce plan vise à répondre à la problématique de la dissémination très rapide de l’épidémie de choléra dans la République Démocratique du Congo. Ce plan, selon le Prof. Bompangue, reprend la situation du choléra durant 18 dernières années en RDC, les zones d’intervention d’urgences, les stratégies de réponse, les axes d’intervention et le budget des activités.

 

Engagement des partenaires

Les partenaires présents à cette cérémonie ont exprimé leur engagement à appuyer le ministère de la Santé dans la mise en œuvre de ce plan. Pour le représentant de l’OMS en RDC, Allarangar Yokoudé,  ce qui reste à faire de ce plan, c’est sa mise en œuvre en vue d’agir rapidement, avant d’inviter les autres partenaires à faire la même chose dans d’autres épidémies, comme la fièvre jaune et la maladie à virus Ebola, pour résoudre le problème. En ce qui concerne l’OMS, il a précisé que les discussions sont encore en cours pour la mobilisation des ressources. ‘’Au fur et à mesure que nous pouvons prendre des moyens, nous allons continuer à appuyer le ministère de la Santé ‘’,a-t-il dit.  Allarangar Yokoudé a recommandé une bonne coordination et l’implication effective du niveau provincial et de zone de santé.

La lutte contre  la flambée de choléra en cours en RDC se fera en perspective du retour de la saison des pluies et du risque d’extension épidémique vers le Kasaï. ACP/BUATA

Le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, redynamise la lutte contre l’épidémie de choléra à Goma

Le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, redynamise la lutte contre l’épidémie de choléra à Goma

Du 09 au 11 août 2017, le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, s’est rendu à Goma pour redonner un nouvel élan à la lutte contre la flambée épidémique de choléra en cours dans cette ville et ses environs depuis le 11 juillet 2017.

En effet, c’est suite à une interruption involontaire du fonctionnement de la REGIDESO consécutive à un problème de fourniture en électricité, qu’une flambée épidémique de cas de choléra a été rapportée à Goma.

Jusqu’au 08 août, il avait déjà été rapporté 3145 cas et 17 décès. Malgré les mesures de riposte mises en place depuis la déclaration de l’épidémie et malgré une tendance globale à la baisse, la situation reste préoccupante du fait de la poursuite de l’extension géographique de l’épidémie. Et au 12 août, ce sont 3312 cas et 17 décès qui ont été enregistrés.

 

Devant cette situation épidémiologique et considérant la prévalence du choléra dans le reste du pays, il était nécessaire et urgent de réfléchir à l’ajustement du plan de lutte en cours  afin d’éviter une situation plus dramatique. La démarche du Ministre de la Santé à Goma, de concert avec les autorités provinciales, a consisté à :

1) Redynamiser les différentes commissions techniques œuvrant dans la riposte contre l’épidémie de choléra de Goma.

2) Officialiser le lancement du Programme National d’Elimination du Choléra et de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques (PNECHOL-MD), né de la redéfinition du mandat et missions du Programme National de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques. L’objectif est de faire de la RDC, un pays où le choléra ne sera plus un problème de santé publique. Le Comité technique de ce programme est dirigé par le Ministre de la Santé. Ce programme comportera également un Pool d’Intervention rapide en charge d’appuyer les zones de santé dans la riposte aux épidémies de choléra.

 

Pour imprimer une nouvelle dynamique à la riposte à la crise de choléra qui sévit à Goma, le Gouvernement de la République a pris un ensemble de mesures urgentes, y compris la libération des fonds additionnels pour la mise en œuvre d’actions complémentaires. Il a été décidé :

1) Par rapport à l’eau, d’augmenter le nombre de points de chloration qui passent de 6 à 25 ; d’ajouter 6 citernes de 20m3 pour avoir des sites supplémentaires de distribution d’eau potable ; et d’apporter un appui à la REGIDESO pour l’achat du carburant nécessaire pour augmenter son apport dans l’alimentation de la ville en eau.

2) Par rapport à la prise en charge des malades, il a été décidé de sécuriser le transport des malades et éviter les contaminations en mettant à disposition 3 ambulances et en réactivant le numéro vert.

3) Par rapport aux mesures à caractère politique, le Comité technique a remis une note au Gouvernement provincial afin de valider un ensemble de mesures visant à améliorer l’accès de la population à  l’eau potable à un prix abordable.

4) Par rapport à la motivation des ressources humaines impliquées dans la lutte contre cette épidémie, les fonds ont été disponibilisés pour le payement de la prime du personnel des Unités de traitement de choléra, les personnes impliquées dans les activités communautaires ainsi que dans les sites de chloration.

Ceci est donc l’occasion de porter à la connaissance de l’opinion publique qu’il n’a jamais existé une situation de grève du personnel d’un quelconque centre de traitement de cas de choléra à Goma comme cela a pu être rapporté.

 

Des mesures urgentes pour lutter efficacement contre le choléra

Des mesures urgentes pour lutter efficacement contre le choléra

Goma, 12 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, Dr. Oly Ilunga Kalenga, en visite de travail à Goma, a annoncé ce jeudi 10 août, au cours d’un point de presse tenu à l’hôtel Cap Kivu, une batterie des mesures arrêtées par le Gouvernement de la République pour lutter efficacement contre le choléra qui sévit depuis la mi-juin  dans la  ville de Goma et sur une partie du territoire de Nyiragongo, en particulier et sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo en général.

A part  le lancement   du plan national de riposte contre le choléra et les mesures urgentes proposées, il a été une nécessité et une urgence que les missions du programme de lutte contre les maladies diarrhéiques soient converties en programme national d’élimination du choléra et de lutte contre les maladies diarrhéiques. Ce programme, a-t-il signifié, sera chapeauté par un comité stratégique en charge de la planification des stratégies d’élimination du choléra et une coordination nationale doté des pools d’intervention.

Les mesures urgentes proposées pour changer rapidement la donne  dans la ville de  Goma et ses environs concernent ainsi à rendre disponible et accessible l’eau  traitée de la Regideso et la prise en charge correcte des personnes déjà atteintes  par cette épidémie.

Au sujet des mesures urgentes dans le cadre du volet eau, hygiène et assainissement,  il a été convenu que le Gouvernement avec l’appui des partenaires en matière de santé d’augmente le nombre des sites de chloration pour une accessibilité de la population à l’eau potable  sans barrière financière.

La révision à la hausse du nombre des baladers  pour la distribution rapide et le soutien conséquent à la REGIDESO pour accroitre sa capacité de production d’eau, constituent entre  autres  mesures d’urgence prises.

En ce qui concerne la prise en charge de nouveaux cas, le transport sécurisé en ambulances
des malades jusqu’au centre de traitement a été recommandé à travers l’activation d’un numéro vert.

Le ministre de la Santé publique a  rappelé qu’il n’y a pas de développement sans une population active et en bonne santé. Il a également émis  le vœu de voir la population contribuer au renversement de la situation actuelle du choléra à Goma, en changeant notamment leur comportement.

Les statistiques actualisées font état de trois mille quatre cents (3.400) cas de choléra enregistrés contre une vingtaine de décès en dépit du taux de létalité qui est toujours faible soit moins de 10%, preuve d’une prise en charge correcte

de l’épidémie. ACP/Fng/Bsg/May

Lancement d’un nouveau plan de riposte contre les épidémies à partir de Goma

Lancement d’un nouveau plan de riposte contre les épidémies à partir de Goma

Goma, 09 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, Dr. Oly Ilunga Kalenga qui est arrivé mercredi à Goma  pour, une visite de travail, a annoncé la décision du Gouvernement  de la République de lancer, au départ du Nord-Kivu, une nouvelle impulsion au plan de riposte dans la prise en charge des épidémies.

Il va s’agir, a dit le ministre, du programme national pour l’élimination du choléra et autres maladies diarrhéiques avec comme point d’orgue le changement de comportement qui passe par la consommation de l’eau traitée au chlore outre la stricte observance des règles d’hygiène notamment le lavage des mains après les moments critiques.

L’objectif est de faire face aux épidémies devenues  un véritable problème de santé publique, a  souligné  le Ministre de la Santé publique  avant d’assurer que la finalité est d’éradiquer, avec méthode et de la façon la plus systématique, le choléra car « tout développement n’est possible que si la population active est en  bonne santé».

Le ministre a aussi saisi cette occasion  pour  adresser les félicitations du Gouvernement central aux parties impliquées dans la prise en charge et la riposte contre le choléra déclaré depuis le 19 juin 2017 à Goma et dans une partie du territoire de Nyiragongo.

Au cours d’un briefing, au Gouvernorat du Nord-Kivu, sur l’état de la réponse à l’épidémie, Oly Ilunga Kalenga a salué le degré de mobilisation dont ont fait preuve  les différents intervenants.

Pour lui, le faible taux de létalité actuellement observé dans la prise en charge du choléra constitue une preuve que la riposte a été savamment assurée par les professionnels de la santé avec l’appui des partenaires intervenants dans ce secteur.

Satisfaction de Julien Paluku Kahongya

Le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, a salué l’arrivée à Goma du ministre de la Santé, une preuve selon lui de l’intérêt manifeste du Gouvernement central à joindre ses efforts à ceux des autorités provinciales et des partenaires pour non seulement la prise en charge totale du choléra mais aussi et surtout son éradication pour le bien des administrés.

L’Autorité provinciale a ainsi loué le degré de mobilisation des professionnels de la santé et l’appui considérable des partenaires qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour une prise en charge  des cas déclarés, preuve d’une correcte riposte.

Genèse de la maladie

Dans un exposé, le chef de la division provinciale intérimaire de la Santé au Nord-Kivu, Dr Janvier Kubuya, a présenté à l’assistance les résultats atteints depuis la déclaration de l’épidémie jusqu’à ce jour.

Tout est parti de la prison centrale de Goma dite Munzenze, épicentre de la maladie, avant de se  propager jusqu’à affecter les coins de la ville non desservis en eau potable de la Regideso, a-t-il dit, soulignant que  le  faible taux d’approvisionnement de la ville de Goma en eau potable, constitue la cause principale de la  propagation du choléra  qui a tué dix-sept (17) personnes sur les trois mille cent quarante (3.140) cas actuellement déclarés.

Le programme du Ministre Oly Ilunga Kalenga à Goma prévoit notamment une visite au centre de chloration de l’eau situé à la plage du peuple, du site de traitement du choléra logé dans l’enceinte de l’Hôpital provincial de référence du Nord-Kivu en plus d’une rencontre avec les professionnels des médias de la place. ACP/FNG/BSG/Wet/KJI

Choléra: Communication spéciale du Ministre de la Santé, sur la situation épidémiologique dans la Province du Nord-Kivu au 14 juillet 2017

Choléra: Communication spéciale du Ministre de la Santé, sur la situation épidémiologique dans la Province du Nord-Kivu au 14 juillet 2017

Depuis le 26 juin 2017, des cas de choléra ont été notifiés dans les trois Zones de Santé de GOMA, NYIRAGONGO et de KARISIMBI. La riposte a été organisée par la Division Provinciale de la Santé, avec l’appui des Partenaires techniques et financiers  (OMS, MSF, UNICEF, IMC, Monusco), pour la prise en charge des malades avec la mise en place des salles d’isolement dans les formations sanitaires, la désinfection de lieux infectés, le traitement de points de Solution de Sels de Réhydratation Orale (SRO) et la formation des prestataires.

Au total, plus de 457 cas (dont 311 cas de moins de 5 ans et 346 cas de plus de 5 ans) sont soignés dans les structures de ces 3 Zones de Santé dont l’Hôpital Provincial Général de Référence de Goma(HPGR). A ce jour, 3 décès ont déjà été enregistrés, soit un taux de létalité de 0,66%, inférieur au seuil acceptable de 1% pour une épidémie de choléra.

Contexte

Le choléra est endémique dans la région, et les risques sont plus importants en période de saison sèche. Depuis plus d’un mois, l’approvisionnement en eau potable de la population de Goma et de ses environs ne se fait plus correctement.  La population, dont le nombre augmente en période de vacances scolaires et la vigilance baisse, utilise l’eau du lac Kivu très riche en Vibrio Cholerae. Les examens de laboratoire ont d’ailleurs confirmés l’existence de cette bactérie dans 5 des 8 échantillons examinés.

Appel à la vigilance

Pour éviter la propagation du choléra, les populations sont appelées à pratiquer l’hygiène (notamment en se lavant les mains après être allé aux toilettes, ainsi qu’avant de cuisiner ou de toucher à la nourriture), à purifier l’eau avant de la boire et à bien cuire les aliments, en faisant très attention avec la nourriture crue.

Les services sanitaires provinciaux, expérimentés dans la gestion de ce type de crise, sont en première ligne dans la riposte et le Gouvernement Central organise l’appui technique et financier sollicités pour couvrir les besoins en intrants, produits médicaux, ressource humaine et assistance technique. La situation est donc sous contrôle.