Category: Urgences

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

Kinshasa, 11 février 2018.- Ce vendredi 9 février 2018, le Ministre de la Santé, le Dr. Oly Ilunga Kalenga a visité les deux centres de traitement de choléra (CTC) fonctionnant à Kinshasa, à savoir celui de Pakadjuma, dans la commune de Limete, et celui de Camp Luka à Ngaliema.

Par ce geste, le Dr Oly Ilunga Kalenga voulait sentir les réalités du terrain et voir les aspects pratiques de la riposte contre la flambée épidémiologique de choléra dans la capitale. A Pakadjuma d’abord, le Ministre a visité les deux bladders (réservoirs d’eau mobiles) installés par le Ministère de la Santé avec le Programme National d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies Diarrhéiques (PNECHOL-MD), en vue d’approvisionner les CTC mais aussi la population de Limete industriel 3 en eau potable.

La mise en place de ces bladders de plus de 10 milles mètres cubes chacun fait partie de la nouvelle stratégie de riposte contre le choléra initiée par le ministère.

« La nouvelle stratégie, qui est tout à fait innovante, a permis en un court laps de temps d’inverser la courbe et de réduire la flambée de choléra à Kinshasa. Contrairement aux années antérieures où les flambées duraient plusieurs mois vous voyez que, en quelques semaines, la courbe s’est inversée et nous ne comptons plus aucun cas de choléra à l’épicentre de l’épidémie », a expliqué le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Alors que les stratégies des années antérieures reposaient essentiellement sur la prise en charge des malades, la nouvelle stratégie est constituée de 3 axes principaux : la prise en charge, l’accès à l’eau potable et la sensibilisation communautaire pour briser la chaîne de transmission du choléra.

En ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable, le Ministre de la Santé a précisé que l’installation des bladders est une mesure d’urgence temporaire. Le Ministère de la Santé travaille déjà avec la Regideso pour mettre en place des points d’accès à l’eau potable permanents, a-t-il précisé.

Selon le Ministre, c’est l’approche communautaire de quadrillage qui a permis de maîtriser rapidement la flambée à Kinshasa. Cette approche consiste notamment à la sensibilisation de masse, à la distribution de kits d’hygiène, à la distribution des purifiants d’eau, à la désinfection des ménages, et à la recherche active des cas de choléra.

Toutefois, le choléra n’est pas encore éliminé à Kinshasa et dans le reste du pays. Par ailleurs, d’expérience, les experts du PNECHOL-MD savent que le prochain pic risque d’arriver en avril-mai et ils se préparent en conséquence. Ainsi, nous ne pouvons pas encore baisser la garde et le Dr Oly Ilunga Kalenga a demandé à la population de rester vigilante et de continuer à observer toutes les mesures d’hygiène, plus particulièrement le lavage des mains avec du savon ou de la cendre et la chloration de l’eau.

Ces mesures d’hygiène doivent devenir des habitudes qui nous permettront de rester en bonne santé, a insisté le Ministre.

Le Centre de Traitement de Choléra de Camp Luka complètement vide

Alors que le CTC de Camp Luka admettait une cinquantaine de patients par jour au mois de janvier, le Dr Oly Ilunga Kalenga fut heureux de constater que le centre était complètement vide à son arrivée.

Le Ministre a remercié et félicité chaleureusement tout le personnel médical présent pour avoir contribué avec tant de courage au succès de la riposte.

Maman Marie-Ange du service d’hygiène au CTC de Camp Luka, a remercié le Ministre de la Santé pour son implication dans la lutte contre cette maladie. Lorsque le CTC a été installé, les habitants de Camp Luka craignaient que ce centre ne devienne le centre de la mort. Mais grâce au travail du gouvernement et de ses partenaires, le CTC s’est transformé en centre de la vie où tous les malades du choléra, à l’exception d’un seul, sont sortis guéris, a-t-elle déclaré.

 

 

FIN

Message de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga au point presse sur la situation du choléra à Kinshasa

Message de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga au point presse sur la situation du choléra à Kinshasa

Chers professionnels des médias de Kinshasa,

Comme vous le savez, la République Démocratique du Congo fait actuellement face à une flambée de choléra depuis quelques mois. De manière générale, la situation globale du choléra dans l’ensemble du pays est à la baisse depuis 4 semaines consécutives. A la semaine 50, allant du 11 au 17 décembre 2017, 939 cas de choléra et 16 décès ont été rapportés dans 60 zones de santé et 14 provinces de la RDC.

Il reste, cependant, 5 provinces du pays où la tendance est plutôt à la hausse. Il s’agit des provinces du Sud-Kivu, du Kasaï, du Kongo Central, du Lualaba et de la province de Kinshasa. La ville province de Kinshasa a enregistré, depuis le 25 novembre 2017, 123 cas et 10 décès. Le premier cas de cette épidémie a été signalé dans l’aire de santé Lonzo au quartier Camp Luka dans la zone de santé de Binza-Météo, par le décès d’un homme d’une trentaine d’années décédé le 27 novembre 2017. D’après nos investigations, cet homme a séjourné à Kimpese dans le Kongo-Central avant de se rendre à Kinshasa. L’alerte a été donnée et la Division provinciale de la Santé a aussitôt lancé la riposte.

Ce n’est pas la première fois que la province de Kinshasa est confrontée à une épidémie de choléra et nos équipes de la division provinciale ici présentes sont équipées pour mener à bien la riposte contre cette maladie. Kinshasa a connu une épidémie de choléra de 2011 à 2013 et a enregistré quelques cas en 2016 et 2017.

Nous insistons sur le fait que Kinshasa n’est pas une zone endémique de choléra. Et tous les cas de choléra que la province de Kinshasa a connus proviennent toujours de cas importés.

Le combat contre le choléra est la responsabilité de tous. Nous devons tous nous impliquer pour protéger nos communautés et nos proches. Vous, les médias, êtes nos premiers partenaires pour la sensibilisation de la population. C’est pour cela que nous avons fait appel à vous et invité à ce point presse aujourd’hui.

Nous comptons sur votre aide pour convaincre la population à respecter les mesures d’hygiène de base, notamment :

  • Boire de l’eau propre, bouillie ou traitée avec du chlore ;
  • Bien laver les fruits et légumes avec de l’eau propre ;
  • Bien cuire les aliments et les manger chauds ;
  • Se laver correctement les mains avec de l’eau propre et du savon ou de la cendre avant de préparer les aliments, avant de manger, avant d’allaiter et après avoir changé 
les couches d’un bébé, et après avoir été aux toilettes ;
  • En cas de diarrhée aqueuse et aigue avec ou sans vomissement, entrainant une perte de liquides, amener le plus rapidement le malade
au centre de santé le plus proche et lavez vous les mains après l’avoir touché ;
  • Utiliser des latrines propres, et ne pas déféquer à l’air libre.

Je vous remercie

Dr Oly Ilunga Kalenga

 

 

Malnutrition au Kasaï: Le Gouvernement poursuit ses efforts pour une meilleure coordination des interventions humanitaires sur le terrain

Malnutrition au Kasaï: Le Gouvernement poursuit ses efforts pour une meilleure coordination des interventions humanitaires sur le terrain

Kinshasa, 21 décembre 2017.– Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a présidé, ce jeudi 21 décembre 2017, une réunion extraordinaire du comité de coordination de lutte contre la malnutrition réunissant toutes les parties prenantes et les partenaires impliqués dans cette lutte en République Démocratique du Congo.

La malnutrition reste l’un des problèmes majeurs de santé publique en RDC. Depuis de nombreuses décennies, et malgré les efforts consentis par le Gouvernement et ses partenaires, le taux de prévalence de malnutrition en RDC chez les enfants de moins de cinq ans est resté à 43%.

Cette situation s’est récemment aggravée dans certaines régions du pays suite aux crises multiformes, notamment dans le Grand Kasaï, le Tanganyika, le Sud Kivu et la province de l’Ituri.

La région du Grand Kasaï est indéniablement l’une des régions les plus touchées. D’après les dernières enquêtes sur le terrain, cette région abrite entre 18 et 24% des personnes ayant besoin d’une prise en charge nutritionnelle. Plus de 750.000 enfants dans la région ont besoin d’une prise en charge nutritionnelle rapide, dont 387.000 qui souffrent de malnutrition sévère. Le traitement et la prise en charge de ces enfants ont été rendus plus difficiles suite à la destruction et aux pillages des infrastructures sanitaires lors des dernières vagues de violence ayant ravagé la région.

Les besoins et les défis à surmonter sont en effet énormes. Le directeur du Programme national de Nutrition (PRONANUT), le Dr Guylain Kaya, a expliqué que la prise en charge complète d’un enfant coûte 150 USD. Ainsi, pour atteindre les 2 millions d’enfants congolais souffrant de malnutrition aigüe, la somme à mobiliser est de plus de 300 millions USD.

Toutefois, au-delà de la faiblesse des fonds nationaux et internationaux alloués à la nutrition et le manque d’infrastructures sanitaires, le Dr Oly Ilunga Kalenga a constaté que la plus grande faiblesse de la riposte actuelle était le manque de coordination des interventions et le manque d’harmonisation de tous les acteurs de terrain autour d’un plan unique au profit de la population.

A l’issue de la réunion extraordinaire de ce jeudi 21 décembre, le Dr Oly Ilunga Kalenga a instruit les équipes du PRONANUT et tous les partenaires de lui fournir, avant la fin de l’année, un plan d’urgence de riposte rapide contre la malnutrition. Ce plan doit notamment comprendre un état des lieux des stocks et besoins en intrants, une cartographie des interventions, un détaillé clair des contributions de chaque organisation dans la lutte contre la malnutrition, et un budget précis.

« Tout en réaffirmant l’engagement du Gouvernement à investir davantage dans la lutte contre la malnutrition, je vous encourage à travailler ensemble avec le Programme national de Nutrition pour la planification des besoins et l’analyse des gaps afin de nous permettre de faire le plaidoyer pour la mobilisation des ressources sur base des données réelles et précises en vue de l’organisation d’une riposte efficace sur le terrain », a précisé le Ministre de la Santé.

Cette réunion extraordinaire sur la malnutrition au Kasaï est la dernière action forte du Ministère de la Santé pour répondre à la crise sanitaire dans cette région centrale du pays. En octobre dernier, il avait organisé un Forum d’assistance sanitaire d’urgence dans la région du Kasaï qui avait abouti à l’adoption d’une Feuille de Route et la création d’une commission ad hoc de suivi. Sur base du Plan d’action opérationnel établi par cette commission et qui est en cours de validation, une table ronde de mobilisation des ressources sera organisée au cours du premier trimestre de l’année 2018 afin de pouvoir rétablir le plus rapidement possible les services de base au bénéfice des communautés locales.

Dans le secteur de la nutrition, le Narratif Commun de lutte contre la malnutrition a été lancé le 30 octobre dernier sous le leadership du Ministère de la Santé, et en partenariat avec l’UNICEF et la Banque Mondiale, en vue de créer une synergie d’actions de tous les acteurs et secteurs impliqués dans le domaine de la nutrition. Mi-novembre, le Ministre de la Santé avait nommé un nouveau directeur pour le PRONANUT afin de renforcer et de redynamiser le programme de nutrition. Enfin, la semaine dernière, le PRONANUT a élaboré, à Kisantu, son Plan d’Action Opérationnel 2018 qui met l’accent sur l’alignement de toutes les parties prenantes ainsi que l’allocation efficiente des ressources mobilisées.

 

FIN

Propagation du choléra dans la région du Kasaï : Le Ministère de la Santé passe à la vitesse supérieure

Propagation du choléra dans la région du Kasaï : Le Ministère de la Santé passe à la vitesse supérieure

Tout juste revenu d’une mission au Mozambique et en Afrique du Sud, le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a convoqué, ce samedi 11 novembre 2017, une réunion d’urgence sur la situation du choléra suite aux récentes poussées de l’épidémie dans la région du « Grand Kasaï ».

A la semaine 44, allant du 30 octobre au 5 novembre 2017, des cas suspects de choléra ont été identifiés dans 72 zones de santé du pays. Les équipes du Programme national d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD) ont rapporté 2 001 cas, dont 600 se trouvent au Kasaï. Et, sur les sept nouvelles zones de santé touchées, six sont aussi dans cette région.

Les équipes du PNECHOL-MD craignaient l’arrivée du choléra dans cette région fragilisée du pays en raison de l’absence de structures de soins adaptées ainsi que la difficulté d’accès à la région. Elles avaient d’ailleurs tiré une première sonnette d’alarme le 23 aout dernier.

Ainsi, le Professeur Didier Bompangue, Coordinateur du PNECHOL-MD, a présenté un nouveau plan global de riposte contre le choléra axé sur la décentralisation de la coordination nationale dans les neuf provinces les plus touchées du pays et sur une meilleure coordination de tous les acteurs actifs sur le terrain.

« L’heure n’est plus aux discussions mais à l’action. Nous parlons ici de pertes de vies humaines évitables. Notre devoir est de mettre en place des mécanismes d’intervention rapide afin d’éviter de revivre la catastrophe de 1994 à Goma », a déclaré le Professeur Bompangue. Pour rappel, lors de la grande épidémie de choléra de 1994, 58 057 personnes étaient décédées, dont 12 000 la première semaine de l’épidémie.

Dans un plaidoyer passionné, il a déploré le manque de réactivité et l’inefficience de certaines parties et il les a exhorté à revoir leurs méthodes de travail afin de les rendre plus efficaces. Il a d’ailleurs précisé que jusqu’à présent, seuls l’OMS et les Gouvernements congolais et chinois avaient débloqué des fonds en faveur des équipes de professionnels de la santé du PNECHOL-MD déployées sur le terrain.

Vu l’urgence et suite aux informations reçues, six tonnes d’intrants seront acheminés dès demain matin dans les trois plus grands foyers apparus dans la région du Kasaï, à savoir Ngandajika, Mwene Ditu et Luisa. Par ailleurs, une équipe d’experts est également arrivée à Ngandajika aujourd’hui avec 4.000 litres de soluté de Ringer.

Le Ministre de la Santé a conclu la réunion en disant que l’urgence à l’heure actuelle est d’avoir une meilleure coordination de tous les acteurs et toutes les interventions sur le terrain. Comme il l’a rappelé, une armée décentralisée ne peut pas gagner une bataille de cette envergure.

Ainsi, il a demandé aux différentes parties liées au Ministère de la Santé ainsi qu’aux partenaires présents de faire un mapping détaillé des interventions en cours afin d’identifier clairement les gaps éventuels et organiser une riposte plus efficace et mieux coordonnée.

La prochaine réunion de ce comité de crise de la lutte contre le choléra aura lieu mardi prochain, le 14 novembre 2017.

FIN

 

* Note aux éditeurs: 
Depuis janvier 2017, nous comptons 43.852 cas suspects et 871 décès, soit une létalité de 1,9%. Par ailleurs, au moins un cas de choléra a été identifié dans 21 des 26 provinces de la RDC et 200 des 515 zones de santé ont déjà été touchées au moins une fois. L’épidémie de choléra a été déclarée en juillet 2017 lorsque le seuil critique de 1% de taux de létalité a été dépassé. 

Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Kinshasa, le 02 novembre 2017 – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, s’est rendu ce jeudi 02 novembre 2017 dans la zone de santé d’Ilebo, dans la province du Kasaï. Le Dr Oly Ilunga Kalenga a tenu à se rendre dans la zone après avoir été informé de l’arrivée récente et la progression inquiétante du choléra dans cette province de la République Démocratique du Congo.

Le Ministre provincial de la Santé de la province du Kasaï, Dr Tshoko, a réservé un chaleureux accueil au Ministre national avec lequel ils ont longuement échangé sur la situation sanitaire dans la province et les défis auxquels le système de santé est confronté.

Après cette cérémonie officielle, le Dr Oly Ilunga Kalenga a été à la rencontre des équipes du Programme national d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD) qui travaillent nuit et jour dans la localité depuis l’apparition des premiers cas durant la première semaine d’octobre. Il a profité de l’occasion pour réapprovisionner le stock de médicaments et de chlore essentiel pour le traitement de l’eau.

« Nous sommes ravis d’avoir pu recevoir le Ministre de la Santé dans la zone de santé d’Ilebo. Une autorité de cette envergure qui descend sur terrain palper la réalité des malades est un évènement rarissime pour la population locale. Sa décision de venir aussi rapidement sur les lieux témoigne de son engagement aussi bien politique que personnel dans la riposte contre le choléra. Lors de sa visite, il nous a rassuré de son soutien et nous a offert de précieux conseils sur la gestion du CTC. Sa présence à nos côtés aujourd’hui a réveillé en nous le zèle du mieux faire et la motivation d’en finir avec ce combat des titans dans la région. », a dit M. Dieudonné Bokwala, Coordonnateur du comité local de lutte contre le choléra basé à Ilebo.

Avant de partir, le Dr Oly Ilunga Kalenga a salué la bravoure, l’esprit patriotique et la rapidité d’action des équipes d’Ilebo qui étaient les premières à arriver sur place le 19 octobre 2017, juste quelques jours après la notification des premiers cas. «  Face à la flambée épidémique à laquelle nous sommes confrontés, nous ne pouvons pas nous permettre d’être attentistes. Nous devons nous mobiliser et compter d’abord sur nos propres ressources, aussi bien humaines que financières, si on veut s’en sortir. », a précisé le Ministre de la Santé.

A l’heure actuelle, le choléra a déjà causé au moins 22 décès au Kasaï, l’une des quatre provinces du « Grand Kasaï ». Pour rappel, la dernière épidémie connue dans la région du « Grand Kasaï » remonte à 2002. La crise humanitaire liée aux évènements dits de « KAMUENA SAPU » a fortement contribué au retour du choléra dans région en augmentant la vulnérabilité des populations et en affaiblissant la capacité d’action du système de santé.

Avant de rentrer à Kinshasa, le Ministre et sa délégation ont fait un arrêt à Kananga où ils ont visité l’Hôpital général de Référence et vérifié l’avancée des travaux de construction du nouveau centre de distribution régionale des médicaments.

Ce vendredi 03 novembre 2017, le Ministre se rendra à Kimpese dans le Kongo Central pour continuer ses visites de terrain dans le cadre de la riposte nationale contre le choléra.

FIN

Clôture du Forum sanitaire sur le Kasaï : Le ministre de la Santé fait un plaidoyer pour la mobilisation des ressources en faveur de la région

Clôture du Forum sanitaire sur le Kasaï : Le ministre de la Santé fait un plaidoyer pour la mobilisation des ressources en faveur de la région

Kinshasa, 21 oct. 2017 – Les travaux du Forum pour l’Assistance sanitaire d’Urgence aux Provinces de la Région du Kasaï ont pris fin ce vendredi 20 octobre 2017. Le ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a clôturé le forum en félicitant tous les participants qui ont abattu un travail considérable au cours deux derniers jours.

Deux jours durant, les participants à ce forum ont assisté à la présentation des exposés axés sur l’analyse de la situation générale dans les provinces du Kasaï. L’état des lieux du système sanitaire a permis de quantifier les problèmes sanitaires liés à la crise au Kasaï, notamment le nombre considérable de structures sanitaires détruites, le nombre important de personnel de santé déplacé, le nombre d’épidémies auxquelles la population est exposée, l’état nutritionnel préoccupant, ainsi que l’augmentation inhabituelle des troubles psycho-sociaux.

Sur base des informations échangées, plusieurs recommandations ont été formulées à l’issue du Forum. Les actions prioritaires identifiées sont les suivantes :

  • Mieux coordonner les activités du Gouvernement et des partenaires en vue de répondre à l’ensemble des besoins sanitaires urgents dans la région ;
  • Fournir les médicaments essentiels et intrants spécifiques aux zones de santés affectées ;
  • Rétablir et étendre les interventions essentielles dans les zones de santés affectées, y compris la vaccination de routine, la lutte contre le paludisme ainsi que la tuberculose et le VIH/Sida ;
  • Organiser une campagne de vaccination réactive dans toutes les zones de santé concernées par l’épidémie de rougeole ;
  • S’assurer du fonctionnement optimal de la surveillance intégrée des maladies ;
  • Renforcer les mesures de préparation à la riposte aux épidémies, avec un focus particulier sur le choléra ;
  • Réhabiliter et rééquiper les formations sanitaires, entièrement ou partiellement, détruites ou pillées). Pour financer cette réhabilitation, le Ministère de la Santé va orienter une partie importante de ses investissements prévus dans son Projet d’Equipement des Structures de Santé vers la Région du Kasaï.

Le Dr Oly Ilunga Kalenga a invité l’équipe de coordination du Forum à traduire la feuille de route en un plan d’action opérationnel avec un budget précis, un chronogramme réaliste et une répartition claire des responsabilités de chacun. Le ministre s’est lui-même engagé à organiser une table ronde pour la mobilisation des ressources en faveur de la région du Kasaï.

Il a notamment insisté sur la contribution de toutes les parties prenantes : le Gouvernement central, les Gouvernements provinciaux, les partenaires techniques et financiers du Ministère de la Santé, ainsi que toutes les personnes physiques et morales de bonne volonté. « Je sollicite de chacun de nous un engagement ferme pour répondre aux besoins de nos compatriotes en vue de leur redonner leur dignité », a déclaré le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Une commission ad hoc de suivi de la mise en œuvre du plan de riposte sera également mise en place. Cette commission veillera tout particulièrement à l’appropriation de la réponse par les communautés et les acteurs de développement locaux. Elle devra collaborer avec la société civile, les partenaires, le secteur privé ainsi que les autorités politiques et sanitaires. Une évaluation devra être faite dans 6 mois pour vérifier de l’avancée de la mise en œuvre du plan de riposte.

 

FIN

Mot de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga à l’occasion de la Clôture du Forum sur l’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la Région du Kasaï

Mot de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga à l’occasion de la Clôture du Forum sur l’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la Région du Kasaï

Mesdames et Messieurs les Ministres Provinciaux,

Monsieur le Représentant de l’OMS,

Mesdames et Messieurs les Directeurs centraux et des programmes spécialisés du Ministère de la Santé,

Mesdames et Messieurs les partenaires de la coopération bilatérale et multilatérale du Ministère de la Santé,

Distingués invités en vos titres et qualités respectifs,

Au terme de ces deux jours d’échanges sur l’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la Région du Kasaï, je tiens à remercier tous les participants à ce forum qui ont abattu un travail considérable et ainsi permis d’atteindre les objectifs que nous nous étions fixés.

L’Etat des lieux du système sanitaire dans la région du Kasaï et les discussions combien riches des groupes de travail du forum ont permis de quantifier les problèmes suivants:

  1. Le nombre considérable de structures sanitaires détruites
  2. Le nombre important de personnel de santé déplacé
  3. Le nombre d’épidémies auxquelles la population est exposée
  4. L’état nutritionnel préoccupant
  5. L’augmentation inhabituelle des troubles psycho-sociaux

D’importants besoins restent non couverts en raison de la désintégration du système de Santé. Cela nécessite une réponse sanitaire d’urgence en attendant la restauration du système de santé.

Ensemble nous avons élaboré et défini les orientations stratégiques de la réponse sanitaire à la crise humanitaire dans la région du Kasaï.

Ces orientations stratégiques sont les suivantes :

  • Tout faire pour atteindre les populations affectées par la crise et assurer leur accessibilité financière aux soins.
  • Mieux coordonner les appuis du Gouvernement et des partenaires en vue de répondre à l’ensemble des besoins sanitaires urgents dans l’espace.
  • Rétablir et étendre dans la région les interventions de routine du PEV ainsi que celles de lutte contre le Paludisme, la Tuberculose et le VIH/Sida.
  • Organiser une campagne de vaccination réactive dans toutes les zones de santé concernées par l’épidémie de rougeole.
  • S’assurer du fonctionnement optimal de la surveillance intégrée des maladies.
  • Renforcer les mesures de préparation à la riposte aux épidémies avec un focus sur le choléra.
  • Réhabiliter et rééquiper les formations sanitaires entièrement ou partiellement détruites, en s’assurant de la conformité des constructions aux normes définies par le Ministère de la santé.
  • Pour son financement, le Ministère de la santé va orienter une partie importante de ses investissements prévus dans son Projet d’Equipement des Structures de Santé vers la Région du Kasaï.

Sur base des informations échangées, l’équipe de coordination du Forum est chargée de traduire la feuille de route en un plan d’action opérationnel avec un budget précis, un chronogramme réaliste et une répartition claire des responsabilités. Une évaluation devra être faite dans 6 mois.

Une Commission ad hoc de suivi de la Mise en Œuvre du plan de riposte doit être mis en place. Cette Commission veillera tout particulièrement à l’appropriation de la réponse par les communautés et les acteurs de développement locaux. Elle devra collaborer avec la Société Civile, les partenaires, le secteur privé ainsi que les autorités politiques et sanitaires.

Cette feuille de route constitue dès ce jour un document qui pourra soutenir mon engagement dans le plaidoyer pour la mobilisation des ressources en réponse à l’appel du Chef de l’Etat pour trouver des solutions au problème et améliorer le « social » des populations.

Je sollicite également la contribution des toutes les parties prenantes : le Gouvernement central, les Gouvernements provinciaux, les Partenaires Techniques et Financiers du Ministère de la Santé ainsi que toutes les personnes physiques et morales de bonne volonté.

Une table de ronde sur la mobilisation des ressources devra être réalisée incessamment.

Je sollicite de chacun de nous un engagement ferme pour répondre aux besoins de nos compatriotes et leur redonner la dignité.

Sur ce, je déclare clos les travaux du Forum pour l’assistance sanitaire d’urgence aux provinces de l’espace Kasaïen.

Je vous remercie

Le Ministre de la Santé lance les travaux du Forum pour l’assistance sanitaire d’urgence au Kasaï

Le Ministre de la Santé lance les travaux du Forum pour l’assistance sanitaire d’urgence au Kasaï

Kinshasa, 19 octobre 2017 – Le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga a donné, ce jeudi, le coup d’envoi des travaux du Forum pour l’assistance sanitaire d’urgence aux provinces de la région du Kasaï. Le Dr Oly Ilunga Kalenga a ouvert les assises en invitant tous les participants à déterminer les actions humanitaires à mener en priorité en faveur de la population de cette partie du pays.

Ce Forum vise à adopter  un plan d’assistance sanitaire d’urgence  dans la région du Kasaï en vue de limiter au maximum la souffrance des populations et de restaurer le système de santé qui a été fortement touché par les violences de ces derniers mois. « Cette précarité dans laquelle sont plongés nos frères et sœurs, augmente le risque d’éclosion des maladies tueuses particulièrement pour les femmes et les enfants que nous savons tous vulnérables », a-t-il fait savoir.

Le ministre a souligné que la réussite de ce plan d’urgence est dépendante de la capacité de tous, aussi bien le Gouvernement que les partenaires, à mobiliser les ressources et les moyens nécessaires pour soutenir l’action sur le terrain et redonner la dignité à nos frères et sœurs congolais.

Le Dr Oly Ilunga Kalenga a ainsi demandé aux participants de se référer  aux rapports des missions conjointes que le Ministère de la Santé avait diligentées dans les cinq provinces du Grand Kasaï affectées, à savoir le Kasaï, le Kasaï central, le Kasaï Oriental, le Sankuru et le Lomami.

Pendant deux jours, les participants du Forum auront la lourde mission de réaliser une analyse rapide de la situation sanitaire dans chaque province en se focalisant, non seulement  sur les infrastructures, mais aussi sur le fonctionnement du système sanitaire et de la surveillance épidémiologique ; d’identifier les partenaires intervenant  dans le cadre  de la réponse sanitaire  à la crise dans chaque province, par type  et par zone d’intervention ; d’évaluer le niveau de coordination  des intervenants opérant  sur le terrain ; de déterminer les gaps  de la réponse sanitaire  à l’urgence dans chaque province  et de dégager les priorités  à financer  par le gouvernement  et ses partenaires.

Les travaux du Forum prendront fin ce vendredi 20 octobre 2017.

FIN
Mot de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga pour l’ouverture du Forum sur l’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la Région du Kasaï

Mot de S.E Dr Oly Ilunga Kalenga pour l’ouverture du Forum sur l’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la Région du Kasaï

Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement, ici représenté,

Honorables Sénateurs et Députés,

Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement et chers Collègues,

Monsieur le Conseiller Principal du Chef de l’Etat au collège socio-culturel,

Monsieur le Secrétaire Général à la Santé,

Monsieur l’Inspecteur Général à la Santé,

Messieurs les Ministres Provinciaux,

Mesdames et Messieurs les Directeurs centraux et des programmes spécialisés du Ministère de la Santé,

Mesdames et Messieurs les Représentants du Système des Nations Unies et partenaires de la coopération bilatérale et multilatérale du Ministère de la Santé,

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités en vos titres et qualités respectifs,

Permettez-moi avant tout de vous souhaiter la bienvenue et de vous remercier d’avoir répondu à l’invitation à ce forum dont l’objet est l’assistance sanitaire d’urgence aux provinces de la région du Kasaï. Je voudrais aussi remercier son Excellence Monsieur Président de la République, Chef de l’Etat, pour avoir fortement et personnellement contribué à la recherche de la paix dans la région du Kasaï après les évènements du phénomène Kamwina Nsapu. Je remercie également le Premier Ministre et Chef du Gouvernement pour son implication dans l’organisation de ce forum.

Comme tout le monde le sait, la région du Kasaï a été confrontée à une situation d’insécurité causée par les affrontements entre les miliciens du Chef Kamwina Nsapu et les forces de sécurité de la RDC.

Cette situation humanitaire sans précédent a occasionné le déplacement de plusieurs dizaines des milliers de personnes, la disparition de nombreux compatriotes, la destruction des infrastructures sanitaires, ainsi que la fuite du personnel de santé.

Cette précarité dans laquelle sont plongés nos frères, augmente le risque d’éclosion des maladies tueuses particulièrement pour les femmes et les enfants que nous savons tous vulnérables.

Devant cet état de choses, le Gouvernement de la République à travers le Ministère de la Santé a diligenté des missions conjointes avec nos partenaires dans les cinq provinces avec les objectifs spécifiques suivants :

  1. Réaliser une analyse rapide de la situation sanitaire dans chaque province en se focalisant non seulement sur les infrastructures mais aussi sur le fonctionnement du système de santé et la surveillance épidémiologique ;
  2. Identifier les partenaires intervenant dans le cadre de la réponse sanitaire à la crise, dans chaque province, par type et par zone d’intervention ;
  3. Evaluer le niveau de coordination des intervenants actuels opérants sur le terrain ;
  4. Déterminer les gaps de la réponse sanitaire à l’urgence dans chaque province et dégager les priorités à financer;

Les rapports réalisés indiquent une situation très difficile de la population, tant déplacée que non déplacée, liée à la destruction de tous les services de base, aggravées par l’absence de l’eau potable.

Nous sommes rassemblés dans ce forum pour partager ces rapports, les décortiqués afin de :

  • Déterminer les actions prioritaires pour la restauration du système de santé dans les cinq Provinces de la région du Kasaï ;
  • Identifier les potentielles sources d’assistance ;
  • Et surtout pour identifier le Gap pour la couverture des besoins ;
  • Contribuer à un travail plus efficace et plus concerté entre toutes les parties prenantes (car même dans l’urgence nous devons être stratégiques).

Ce Forum est donc appelé à adopter un Plan d’Assistance Sanitaire d’Urgence dans la région du Kasaï (PASU-RK, en sigle) en vue de limiter au maximum la souffrance des populations et réparer le système de santé.

La réussite de ce plan d’urgence est tributaire de notre capacité à tous, Gouvernement et partenaires à mobiliser les ressources et les moyens nécessaires pour soutenir l’action sur le terrain et redonner la dignité à nos frères et sœurs congolais.

Je vous exhorte tous à vous impliquer positivement et activement pour atteindre les objectives que nous nous sommes fixés pour ce forum et bien au-delà.

Sur ce, je déclare ouverts les travaux du Forum pour l’assistance sanitaire d’urgence aux provinces de la région du Kasaï.

Bon travail à tous.

Je vous remercie

Le Ministère de la Santé organise un Forum sur le Kasaï  du 19 au 20 octobre pour coordonner l’assistance sanitaire d’urgence dans la région

Le Ministère de la Santé organise un Forum sur le Kasaï du 19 au 20 octobre pour coordonner l’assistance sanitaire d’urgence dans la région

Kinshasa, 17 octobre 2017 (MS).- Le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, organise un Forum sur le Kasaï du 19 au 20 octobre 2017 à Kinshasa.  Le but de ce Forum est de rassembler tous les partenaires impliqués dans l’appui du secteur sanitaire afin de prendre des dispositions de manière concertée pour la restauration rapide du système de prestations de soins.

Les violences des derniers mois dans cinq provinces du centre de la RDC, notamment dans le Kasaï, le Kasaï Central, le Kasaï Oriental, au Sankuru, et dans la Lomami,  a affecté les vies de plus de 1,7 millions des personnes.

Cette situation a poussé plus de 600 000 personnes à fuir leurs foyers et à trouver refuge, soit dans la brousse, soit dans les provinces voisines, à savoir : Kwilu, Tshuapa, Lwalaba, soit encore en Angola, pays voisin de la RDC. A cela, il faut ajouter le pillage et la destruction des infrastructures sanitaires, du matériel et des équipements médicaux qui a engendré la fuite du personnel de santé pour des raisons de sécurité.

Face à cette détresse humanitaire, de nombreuses initiatives ont été lancées en vue d’apporter assistance à ces populations mais elles n’ont malheureusement pas toujours été coordonnées. Cela crée un risque d’inefficience dans l’utilisation des ressources disponibles causée entre autres par la duplication des actions dans certaines zones et l’insuffisance d’appui dans d’autres zones.

C’est dans le but de répondre plus efficacement aux problèmes de santé découlant de la crise humanitaire que le Dr Oly Ilunga a décidé d’organiser ce Forum sur le Kasaï. Ce Forum permettra notamment de déterminer, de manière consensuelle, les problèmes sanitaire prioritaires, d’établir une cartographie des partenaires intervenant dans le secteur de la santé dans le cadre de crise humanitaire dans cette région, et d’identifier les actions prioritaires pour la restauration du système de santé.

FIN