Category: Sur le terrain

Le Ministre de la Santé constate les dégâts matériels suite à l’incendie du hangar à ambulances de l’Hôpital du Cinquantenaire

Le Ministre de la Santé constate les dégâts matériels suite à l’incendie du hangar à ambulances de l’Hôpital du Cinquantenaire

Kinshasa, 9 mars 2018. – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, s’est rendu ce vendredi 9 mars 2018 à l’Hôpital du Cinquantenaire pour constater les dégâts matériels suite à l’incendie qui a ravagé le hangar des ambulances à la tombée de la nuit de jeudi.

Le hangar étant situé à près de 300 mètres de l’entrée de l’hôpital, aucune perte en vie humaine n’a été reportée et les infrastructures hospitalières sont intactes. Les pertes matérielles se limitent à une ambulance et deux cliniques mobiles qui étaient parquées dans le hangar au moment de l’incendie.

Lors de sa première visite le jeudi soir, le Ministre de la Santé avait félicité les services d’incendie qui ont rapidement maîtrisé les flammes et évité que l’incendie ne détruise d’autres ambulances.

Ce vendredi matin, il a pu constater que l’hôpital avait ouvert ses portes aux heures habituelles et les patients ont pu se rendre à leurs consultations normalement. Le Dr Oly Ilunga Kalenga en a profité pour échanger avec quelques patients présents à l’hôpital.

C’est une policière de garde qui a donné l’alerte dès l’apparition des premières étincelles. La police scientifique, conduite par le Général Kasongo, et les agents du Parquet se sont rendus immédiatement sur place.

Une enquête est en cours pour établir l’origine de l’incendie. Selon les premiers éléments de l’enquête, un court-circuit serait à l’origine de l’incendie.

 

FIN

 

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

A Pakadjuma et à Camp Luka, le Ministre de la Santé constate les avancées de la riposte contre le choléra à Kinshasa

Kinshasa, 11 février 2018.- Ce vendredi 9 février 2018, le Ministre de la Santé, le Dr. Oly Ilunga Kalenga a visité les deux centres de traitement de choléra (CTC) fonctionnant à Kinshasa, à savoir celui de Pakadjuma, dans la commune de Limete, et celui de Camp Luka à Ngaliema.

Par ce geste, le Dr Oly Ilunga Kalenga voulait sentir les réalités du terrain et voir les aspects pratiques de la riposte contre la flambée épidémiologique de choléra dans la capitale. A Pakadjuma d’abord, le Ministre a visité les deux bladders (réservoirs d’eau mobiles) installés par le Ministère de la Santé avec le Programme National d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies Diarrhéiques (PNECHOL-MD), en vue d’approvisionner les CTC mais aussi la population de Limete industriel 3 en eau potable.

La mise en place de ces bladders de plus de 10 milles mètres cubes chacun fait partie de la nouvelle stratégie de riposte contre le choléra initiée par le ministère.

« La nouvelle stratégie, qui est tout à fait innovante, a permis en un court laps de temps d’inverser la courbe et de réduire la flambée de choléra à Kinshasa. Contrairement aux années antérieures où les flambées duraient plusieurs mois vous voyez que, en quelques semaines, la courbe s’est inversée et nous ne comptons plus aucun cas de choléra à l’épicentre de l’épidémie », a expliqué le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Alors que les stratégies des années antérieures reposaient essentiellement sur la prise en charge des malades, la nouvelle stratégie est constituée de 3 axes principaux : la prise en charge, l’accès à l’eau potable et la sensibilisation communautaire pour briser la chaîne de transmission du choléra.

En ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable, le Ministre de la Santé a précisé que l’installation des bladders est une mesure d’urgence temporaire. Le Ministère de la Santé travaille déjà avec la Regideso pour mettre en place des points d’accès à l’eau potable permanents, a-t-il précisé.

Selon le Ministre, c’est l’approche communautaire de quadrillage qui a permis de maîtriser rapidement la flambée à Kinshasa. Cette approche consiste notamment à la sensibilisation de masse, à la distribution de kits d’hygiène, à la distribution des purifiants d’eau, à la désinfection des ménages, et à la recherche active des cas de choléra.

Toutefois, le choléra n’est pas encore éliminé à Kinshasa et dans le reste du pays. Par ailleurs, d’expérience, les experts du PNECHOL-MD savent que le prochain pic risque d’arriver en avril-mai et ils se préparent en conséquence. Ainsi, nous ne pouvons pas encore baisser la garde et le Dr Oly Ilunga Kalenga a demandé à la population de rester vigilante et de continuer à observer toutes les mesures d’hygiène, plus particulièrement le lavage des mains avec du savon ou de la cendre et la chloration de l’eau.

Ces mesures d’hygiène doivent devenir des habitudes qui nous permettront de rester en bonne santé, a insisté le Ministre.

Le Centre de Traitement de Choléra de Camp Luka complètement vide

Alors que le CTC de Camp Luka admettait une cinquantaine de patients par jour au mois de janvier, le Dr Oly Ilunga Kalenga fut heureux de constater que le centre était complètement vide à son arrivée.

Le Ministre a remercié et félicité chaleureusement tout le personnel médical présent pour avoir contribué avec tant de courage au succès de la riposte.

Maman Marie-Ange du service d’hygiène au CTC de Camp Luka, a remercié le Ministre de la Santé pour son implication dans la lutte contre cette maladie. Lorsque le CTC a été installé, les habitants de Camp Luka craignaient que ce centre ne devienne le centre de la mort. Mais grâce au travail du gouvernement et de ses partenaires, le CTC s’est transformé en centre de la vie où tous les malades du choléra, à l’exception d’un seul, sont sortis guéris, a-t-elle déclaré.

 

 

FIN

Le Ministre de la Santé célèbre la Journée mondiale de la Lutte contre le VIH/Sida

Le Ministre de la Santé célèbre la Journée mondiale de la Lutte contre le VIH/Sida

Kinshasa, 02 décembre 2017 – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a célébré la Journée mondiale de la lutte contre le VIH/Sida ce vendredi 1e décembre 2017. A l’occasion de cette 30e édition placée sous le thème international du « droit à la santé », le Dr Oly Ilunga Kalenga a participé à la deuxième édition de la journée porte-ouverte organisée au quartier général du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida (PNMLS).

Tous les acteurs impliqués dans la lutte contre le Sida en République Démocratique du Congo, notamment l’ONUSIDA, les ONGs nationales et internationales et différents ministres du gouvernement étaient présents à l’évènement.

Selon l’ONUSIDA, le nombre de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) dans le monde est de 37 millions, tandis que les personnes bénéficiant du traitement  ARV a atteint 21 millions en juillet 2017. La part de la RDC dans ces données à l’échelle mondiale, n’est pas négligeable.

Bien que le taux de prévalence moyen de VIH parmi les adultes  congolais ait baissé de 1,3 à 1.2 % entre  2007-2013, presque 400.000 personnes continuent de vivre avec le VIH en RDC. Avec  le Nigeria, la Côte d’ivoire et le Cameroun,  la RDC  fait partie  des quatre pays  supportant 75 %  de la charge du Sida  en Afrique de l’Ouest et Centrale.

Le Dr Oly Ilunga Kalenga a fait savoir que la situation de l’épidémie en RDC impose  la mobilisation, le renfoncement et l’accélération de la riposte nationale. Il en a profité pour annoncer que le thème national de la Journée mondiale de la lutte contre le Sida cette année est « tous ensemble pour le dépistage,  du VIH, le traitement antirétroviral et l’accès à la charge virale sans discrimination d’ici 2020 ».

Ce thème nous exhorte à renforcer la réponse au VIH, parce que les  personne les plus touchées par le VIH sont souvent les plus marginalisées au sein de la société, et ils se voient le plus fréquemment refuser l’exercice de leur droit à la santé. Les PVVIH sont victimes de stigmatisation à cause de leur séropositivité tant de la part des professionnels de la santé que de la population générale, essentiellement pour des raisons liées à l’argent et à l’âge, a dit le ministre.

Avec la vision de l’ONUSIDA consistant à atteindre les objectifs mondiaux « 90-90-90 » à l’horizon 2020, le Ministre a saisi l’occasion pour renouveler  l’engagement du Gouvernement en vue d’une génération sans sida en RDC et de faire de l’élimination du Sida à l’horizon 2030 une réalité.

Le secrétaire exécutif national du PNMLS, Pr Liévin Kapend’ A Kalala, a rendu hommages aux activistes de la lutte dont feu le professeur  Lurhuma,  les professionnels des médias, les artistes qui ont milité  à leur manière  dans la lutte contre le VIH/Sida, et tous les hommes et femmes sans ressources particulières qui n’ont pas attendu un financement quelconque pour affronter le VIH/Sida. Il s’agit notamment des ONGs,  de l’Union congolaise des personnes vivant avec le VIH/Sida et personnes affectées (UCOP+).

FIN
Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Le Ministre de la Santé se rend aux côtés des équipes qui luttent contre le choléra à Ilebo, dans la province du Kasaï

Kinshasa, le 02 novembre 2017 – Le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, s’est rendu ce jeudi 02 novembre 2017 dans la zone de santé d’Ilebo, dans la province du Kasaï. Le Dr Oly Ilunga Kalenga a tenu à se rendre dans la zone après avoir été informé de l’arrivée récente et la progression inquiétante du choléra dans cette province de la République Démocratique du Congo.

Le Ministre provincial de la Santé de la province du Kasaï, Dr Tshoko, a réservé un chaleureux accueil au Ministre national avec lequel ils ont longuement échangé sur la situation sanitaire dans la province et les défis auxquels le système de santé est confronté.

Après cette cérémonie officielle, le Dr Oly Ilunga Kalenga a été à la rencontre des équipes du Programme national d’Elimination du Choléra et de lutte contre les autres Maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD) qui travaillent nuit et jour dans la localité depuis l’apparition des premiers cas durant la première semaine d’octobre. Il a profité de l’occasion pour réapprovisionner le stock de médicaments et de chlore essentiel pour le traitement de l’eau.

« Nous sommes ravis d’avoir pu recevoir le Ministre de la Santé dans la zone de santé d’Ilebo. Une autorité de cette envergure qui descend sur terrain palper la réalité des malades est un évènement rarissime pour la population locale. Sa décision de venir aussi rapidement sur les lieux témoigne de son engagement aussi bien politique que personnel dans la riposte contre le choléra. Lors de sa visite, il nous a rassuré de son soutien et nous a offert de précieux conseils sur la gestion du CTC. Sa présence à nos côtés aujourd’hui a réveillé en nous le zèle du mieux faire et la motivation d’en finir avec ce combat des titans dans la région. », a dit M. Dieudonné Bokwala, Coordonnateur du comité local de lutte contre le choléra basé à Ilebo.

Avant de partir, le Dr Oly Ilunga Kalenga a salué la bravoure, l’esprit patriotique et la rapidité d’action des équipes d’Ilebo qui étaient les premières à arriver sur place le 19 octobre 2017, juste quelques jours après la notification des premiers cas. «  Face à la flambée épidémique à laquelle nous sommes confrontés, nous ne pouvons pas nous permettre d’être attentistes. Nous devons nous mobiliser et compter d’abord sur nos propres ressources, aussi bien humaines que financières, si on veut s’en sortir. », a précisé le Ministre de la Santé.

A l’heure actuelle, le choléra a déjà causé au moins 22 décès au Kasaï, l’une des quatre provinces du « Grand Kasaï ». Pour rappel, la dernière épidémie connue dans la région du « Grand Kasaï » remonte à 2002. La crise humanitaire liée aux évènements dits de « KAMUENA SAPU » a fortement contribué au retour du choléra dans région en augmentant la vulnérabilité des populations et en affaiblissant la capacité d’action du système de santé.

Avant de rentrer à Kinshasa, le Ministre et sa délégation ont fait un arrêt à Kananga où ils ont visité l’Hôpital général de Référence et vérifié l’avancée des travaux de construction du nouveau centre de distribution régionale des médicaments.

Ce vendredi 03 novembre 2017, le Ministre se rendra à Kimpese dans le Kongo Central pour continuer ses visites de terrain dans le cadre de la riposte nationale contre le choléra.

FIN

Le Ministre de la Santé à la rencontre des infirmiers

Le Ministre de la Santé à la rencontre des infirmiers

Kinshasa, 20 SEPTEMBRE 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a lancé le site Web de l’Ordre national des infirmiers mercredi à l’Institut national pilote d’enseignement des sciences de santé (INPESS), au cours de la cérémonie de prestation de serment, de remise de cartes biométriques et de permis d’exercice professionnel aux infirmiers inscrits au tableau de cet Ordre.

Le site Web de l’ONIC est une plate plate-forme web qui permettra de mettre en place la publication des informations et les inscriptions en  ligne. Il s’agit d’une base de données interactive de la profession infirmière. Ce site web comprend plusieurs rubrique, notamment la présentation de l’Ordre avec son historique et son évolution, ses organes, le cadre légal et réglementaire, le code d’éthique et déontologique des infirmiers de la RDC, les cotisations annuelles à payer par les infirmiers, les normes et les directives de l’organisation  et les missions.

Il comprend aussi la rubrique de l’inscription où les infirmiers de la RDC où qu’ils se trouvent auront la possibilité de s’inscrire en ligne à l’ONIC. Deux possibilités s’offriront à eux: soit remplir le formulaire en ligne ou le télécharger, le remplir et le renvoyer manuellement. Ce site permettra également aux infirmiers de suivre la formation continue en ligne. Il comprend aussi les rubriques comme les actualités, l’agenda des événements, la galerie des photos de l’ONIC et du ministère de la Santé, la page Facebook, les différents partenaires, la lettre d’informations et la page des contacts. Il comprend également un compte Twitter pour l’Ordre donnant la possibilité aux infirmiers de pouvoir informer ou de parler de leurs activités avec 140 caractères.

 

La maquette du siège de l’ONIC

Au cours de ces assises le président de l’Ordre des infirmiers en RDC, Komba Djeko,  a présenté au Dr Oly Ilunga Kalenga la maquette du bâtiment pouvant abriter le siège de cette institution. Pour le président de l’Ordre, le coût  de cette construction tourne autour de deux millions de dollars américains (2.000.000 USD) et que cette somme peut provenir de frais d’inscription de 20.000 infirmiers du niveau supérieur, étant donné que la RDC compte 60.000 infirmiers et que le taux  d’inscription pour ce niveau s’élève à 100 USD.  « Notre grande demande aujourd’hui, c’est que le ministre de la Santé puisse voir au niveau du gouvernement, pour nous accorder un terrain où nous pouvons construire ce bâtiment », a demandé le président de l’ONIC au ministre de la santé. Ce bâtiment, a-t-il dit, sera composé de bureaux et de petites salles et une grande salle d’une capacité de sept cents places.

 

Les infirmiers prestent serment

Cette présentation de la maquette a été suivie par la prestation de serment des infirmiers inscrits dans le tableau de l’Ordre national  des infirmiers de la RDC en commençant par le président de l’Ordre lui-même, l’infirmier Komba Djeko . Au moins 100 infirmiers ont prêté serment devant le ministre de la Santé, le président de l’Ordre et la directrice des établissements des soins de santé.

Ainsi, ils ont déclaré : « conscient de mes obligations, je promets d’apporter les soins aux malades avec toute habilité et des connaissances que je possèdent sans distinction de races, de couleurs, de convictions politiques ou sociales, ne négligeant aucun effort susceptible de préserver la vie, d’apaiser les souffrances de malades ou les aider à retrouver la santé. Je respecterai en toutes circonstances la dignité et les croyances religieuses des patients confiés à mes soins. Je garderai les secrets de toutes les confidences personnelles qui pourront m’être faites et je m’abstiendrai  de tout acte pouvant mettre en danger la vie ou la santé de mes malades. Je me forcerai de maintenir mes connaissances professionnelles au niveau les plus élevé et prêterai collaboration franche et loyale à tous les membres de l’équipe de santé et ce qui concerne le bien du malade. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour élever le niveau de ma profession en faisant honneur au code de déontologie et en préservant  l’intégrité à laquelle je dois tout affirmer. Je me souviendrai sans cesse que dans ma profession, la discrétion est un défaut, la négligence un crime ».

Ce même serment a été presté par dix membres du conseil provinciaux de l’ONIC, notamment du Kwango, de Kongo centrale, de la Tshopo et du Kwuilu.

 

Remise symbolique des cartes biométriques

Le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a remis symboliquement les cartes biométriques à quelques infirmiers de l’Ordre national des infirmiers de la RDC. Ces cartes, selon l’infirmier Komba Djeko, sont sécurisées avec puce. Cette puce, a-t-il dit, contient toutes les informations qui se trouvent dans la fiche de chaque infirmier de cette corporation et il y a possibilité d’y ajouter les nouvelles informations du membre et de voir ces informations peu importe où on se trouve. « C’est une seule fois qu’on a le numéro qui se trouve sur carte, mais la carte peut être renouvelé. Cela nous permettra de connaître les effectif de la profession infirmière en RDC », a-t-il expliqué.

Cette remise des cartes biométriques a précédé celle des diplômes, effectuée toujours à titre symbolique par le ministre de la Santé. Au total 268 diplômes ont été signés le ministre d par la Santé et profitant d cette occasion, il a plu aux organisateurs de cette activité de lui demander de remettre à titre symbolique ces diplômes à qui de droits. (ACP/BUATA)

Le ministre de la Santé au chevet des accidentés du pont Kwenge

Le ministre de la Santé au chevet des accidentés du pont Kwenge

Kinshasa, 13 sept. 2017 (ACP).- Le ministre la Santé, Oly Ilunga Kalenga, a accueilli mardi à l’hôpital de l’amitié sino-congolaise, situé dans la commune de Ndjili à Kinshasa, les victimes de l’accident de circulation survenu le vendredi 9 septembre au niveau du pont Kwenge à bord d’un bus en provenance de la ville de Kikwit, province du Kwilu à destination de Kinshasa.

Il a été accompagné du ministre de la Solidarité et actions humanitaires, Bernard Biando Sango, de la commissaire divisionnaire adjointe de la direction de la protection civile de Kinshasa, du bourgmestre de la commune de Ndjili et du médecin directeur de l’hôpital de l’amitié sino-congolaise.

Plusieurs ambulances transportant 57 victimes dont 27 enfants ont été accueillies dans cette formation médicale. Des comateux et un malade dans un été critique vont être pris en charge.

Auparavant, le ministre de la Santé et son collègue de la Solidarité et actions humanitaires, ainsi que les autres acteurs,  ont fait le tour de l’hôpital pour voir les conditions dans lesquelles seront mises les victimes.

Il s’en est  suivi une séance de travail entre ces acteurs au cours de laquelle le Dr. Oly Ilunga a recommandé une bonne prise en charge de ces accidentés, avant de promettre l’appui en médicaments. « Le besoin en médicaments est le plus important », a-t-il dit.

Le  ministre Bernard Biando Sango a recommandé la prise de dispositions pour les enfants.

Par ailleurs, la commissaire adjointe de la direction de la protection civile, la générale Virginie Amatu, qui était accompagnée de deux médecins et de quatre brancardiers de son service du secours médicalisé, a précisé que son équipe procédera à l’identification des victimes.

 

Des équipes d’urgences à Kikwit

Pour parer aux plus pressés,  le ministre de la Santé et son collègue de la Solidarité et actions humanitaires avaient déployé chacun une équipe d’experts pour secourir  les victimes admises d’abord à l’hôpital général de Kikwit, notamment l’équipe du Programme national des urgences humanitaires pour la Santé et celle du secrétariat général à la Solidarité et actions humanitaires. « Nous sommes partis sur instruction du Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Le ministre de la Santé, m’a mandaté en tant que expert des urgences et actions humanitaires et j’ai dirigé l’équipe médicale. Nous sommes allés jusqu’à Kikwit pour secourir et appuyés l’équipe locale», a déclaré le Dr Christophe Mwaluka Kyembe, directeur du Programme national des urgences et actions humanitaires, ajoutant que dans les urgences, c’est toujours l’équipe locale qui intervient la première sur le terrain.

Vu le plateau technique de l’Hôpital où étaient admis les accidentés, les deux équipes ont jugé bon de ramener tous les malades à Kinshasa pour une meilleure prise en charge. Avant de quitter Kikwit, nous avons préféré  stabilisé l’accidenté qui était dans un état grave.

« Ce malade, a-t-il dit est polytraumatisé, c’est à dire qu’il y a plusieurs systèmes qui sont touchés au même moment et se trouve dans le coma artificiel », a-t-il expliqué.

Pour le choix de l’Hôpital de l’Amitié sino-congolaise de Ndjili, le Dr Mwaluke a précisé qu’il a été motivé à la fois par sa proximité et son équipement et son statut d’Hôpital de référence de l’Etat.

L’accident du pont Kwenge  a causé la mort de 26 personnes dont 24 sur place et deux à l’Hôpital, blessant également plusieurs passagers se trouvant à bord d’un bus surchargé qui a fini sa course dans la rivière Kwenge. En outre, le ministre de la Santé a procédé mercredi à la remise d’un lot des draps de lit aux accidentés.

 

Remise symbolique à Kinshasa des kits des matériels biomédicaux par le ministre de la santé

Remise symbolique à Kinshasa des kits des matériels biomédicaux par le ministre de la santé

Kinshasa, 21 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la santé, Dr Oly Ilunga Kalenga a procédé lundi à Kinshasa à la remise  symbolique des kits des matériels biomédicaux aux  provinces de Kinshasa, de Kwango, de Kwilu et de Mai Ndombe. Cet événement s’inscrit  dans le cadre du programme d’équipement des structures sanitaires (PSSE), conformément à la vision du Chef de l’état qui fait  de la santé une priorité et un droit fondamental.

Selon lui, «les principaux axes du Plan national de développement sanitaire (PNDS) portent sur  l’augmentation des soins non seulement  à la fois en termes de qualité et quantité, mais aussi en celui  de  l’augmentation à l’accessibilité en tenant compte de l’aspect géographique  pour les soins de santé  et la  qualité des infrastructures et  des équipements, qui constituent des priorités de ce plan».

La distribution de ces kits biomédicaux s’inscrit aussi dans le cadre de la 3eme phase du programme d’équipements des structures sanitaires (PESS), financé par le gouvernement de la RDC, en collaboration avec ses partenaires dont l’UNICEF. Il vise à renforcer en équipements des formations sanitaires, les  hôpitaux généraux et les centres de santé.

 

 

Il a émis les vœux de voir ces kits biomédicaux arriver à bonne destination afin de contribuer à la prise en charge médicale de la population concernée. Ces kits médicaux comprennent notamment, des tables des soins pour bébé, des microscopes binoculaires, des balances pour bébé et adultes, des marmites à pression.

 Satisfaction du ministre provincial de la santé de Mai-Ndombe

Le ministre provincial de la santé publique de Mai-Ndombe, Jean Claude Bola, s’est dit satisfait de l’acquisition des kits biomédicaux en faveur de sa province, au cours de la cérémonie de remise officielle de distribution de kits de matériels biomédicaux, pour les provinces de Kinshasa, Kwango, Kwilu et Mai-Ndombe organisée lundi à Kinshasa. «C’est pour nous un réel plaisir et un  motif de joie  de réceptionner auprès de la ministre national de la santé ces matériels biomédicaux, dans le cadre du programment d’équipements des structures sanitaires (PESS), en vue  d’améliorer la santé de la population de cette jeune province», a-t-il dit.

Ces matériels dont la province de Mai-Ndombe est bénéficiaire pour la première fois, vont apporter un coup de pouce à la population et équipés les zones de santé dont l’usage sera strictement  surveiller pour donner des soins de santé de qualité, a dit Dr Bola. Par la même occasion le ministre national de la santé, Oly Ilunga Kalenga a procédé au lancement des convois transportant ces matériels biomédicaux dans les provinces ciblées. ACP/FNG/JGD

Le ministre de la Santé pour la redynamisation de l’Hôpital général de référence de Kinshasa

Le ministre de la Santé pour la redynamisation de l’Hôpital général de référence de Kinshasa

Kinshasa, 21 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga a invité lundi à Kinshasa les membres du comité de gestion et le personnel de l’Hôpital général de référence de Kinshasa (HGRK) à redéfinir une nouvelle ambition pour cet Hôpital général.

 

Au cours de la réunion sur l’analyse institutionnelle du HGRK qu’il a présidée dans la salle de réunion de cet hôpital, il a déclaré : «Nous sommes réunis ici pour une seule raison, notamment redéfinir ensemble une nouvelle ambition pour l’Hôpital général de référence de Kinshasa. Pour bien redéfinir nos ambitions, nous devons partir des analyses sur nos forces, nos faiblesses, les menaces et les opportunités et cela en terme organisationnel, de procédure, d’infrastructures et des ressources humaines».

 

Prenant la parole à cet effet, le médecin directeur du HGRK, a indiqué que cet hôpital est une mine d’or. «L’équipe qui a découvert que le sida ne se transmet pas par le touché est de l’Hôpital général de référence de Kinshasa. Cet hôpital a contribué à la compréhension du VIH et c’est une contribution planétaire. Aujourd’hui plusieurs personnes qui occupent de haute fonction à l’ONUSIDA ont travaillé autour du VIH/SIDA à partir de 1980 », a-t-il dit, ajoutant qu’en contrepartie l’Hôpital général de référence de Kinshasa n’a rien reçu malgré toute cette contribution. «Le ministre de la santé nous a proposé d’accompagner le ministère pour réaliser cette analyse institutionnelle. Ce n’est pas un audit, mais une auto évaluation des capacités. Nous avons la capacité et l’expertise à travers notre projet santé finance et gouvernement d’accompagner l’hôpital à faire cette analyse institutionnelle», a dit le gestionnaire de programme de santé (santé reproductive et renforcement du système de santé) de l’USAID, Godefroid Mayala.

 

Cette analyse vise à assister techniquement l’HGRK à évaluer les capacités de leur organisation afin de pouvoir déterminer les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités. Ce projet, financé par l’USAID dans sa section santé finance et gouvernement qui a pour objectif global l’appui à la mise en œuvre du processus des réformes du ministère de la santé, répond à la demande du Ministre de la santé auprès de la directrice adjointe de l’USAID d’initier cette analyse institutionnelle afin de mesurer les capacités institutionnelle de cet hôpital.

 

Changement du social  dans le secteur de la santé

Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, a rassuré lundi aux différents syndicalistes de l’Hôpital général de référence de Kinshasa en service minimum qu’il est en faveur du changement social dans son secteur. « Dès le départ, je m’étais dit que dans mon mandat, je veux tout faire pour changer le social dans le secteur de la santé tant à Kinshasa que sur toute l’étendue de la RDC », a-t-il déclaré tout en leur demandant de maîtriser d’abord les effectifs du secteur avec leur qualification en vue de sortir de cette situation. Cette  maîtrise des effectifs permettra de demander un budget objectif pour le secteur en vue d’améliorer les conditions sociales. Il les a aussi invité au dialogue social permanent. ACP/FNG/JGD

Le ministre de la Santé publique réceptionne deux nouveaux pavillons à l’UPC

Kinshasa, 18 juin 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a réceptionné samedi à Kinshasa du ministre de l’enseignement supérieur et universitaire, Steeve Mbikayi, deux nouveaux pavillons de la faculté de médecine de l’Université protestante du Congo (UPC), à l’occasion de la cérémonie de l’inauguration des pavillons 2 et 3 du bâtiment de la Faculté de médecine au sein de cette institution universitaire.

Les deux pavillons que le ministre de la Santé publique a ensuite remis à l’UPC. « On n’insistera jamais assez en disant que la médecine de qualité n’est pas une question clinique et d’instrument ou d’appareil, c’est une question d’homme. C’est la qualité de l’homme à la fois scientifique, intellectuelle, de cœur et spirituelle qui font la grandeur des hommes et de médecins », a déclaré le ministre Oly Ilunga, après avoir félicité les autorités de l’Université protestante du Congo et toutes les personnes qui les ont soutenues dans la réalisation de ces projets.

Le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mr Mbikayi Steeve, a déclaré que le cas de l’UPC est une illustration de résultats que l’on peut obtenir quand les efforts sont fournis pour assurer une bonne gestion de ressources disponibles.

Ces efforts, a-t-il dit, visent l’amélioration de conditions de travail et d’études pour les étudiants et les enseignants. « C’est une occasion pour l’autorité de tutelle de rappeler aux uns et aux autres que la quête de l’excellence et de la qualité que nous sommes appelés à promouvoir dans le secteur nécessite que l’endroit où l’on travaille soit adéquat. Je suis convaincu qu’il est possible que nous arrivions à redresser le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire dans la bonne gouvernance », a rappelé le ministre de l’ESU.

Il a ajouté que l’engagement de travailler pour la bonne évolution du Alma Mater en améliorant la qualité de la formation fournira des cadres compétents à la RDC. « Telle est notre mission en vue de contribuer de manière significative au développement national et en vue de faire rayonner notre secteur au niveau régional et international ».

 

Plus de un million quatre cents dollars américains pour ces deux pavillons

Pour Mgr le recteur de l’UPC, le Prof Daniel Ngoy Boliya, ces deux bâtiment ont été construits grâce au financement du gouvernement congolais sous le premier ministre Matata Ponyo Mapon, présent à cette inauguration,  avec une aide de six cents vingt-huit mille deux cents cinquante dollars américains (628.250 USD) et de sept cents mille Euros (700.000 EU), équivalent à  huit cents mille (800.000 USD), soutien du gouvernement allemand par Pain pour le monde-Service protestant de développement/PPLM.

« Ce projet de construction de la faculté de médecine est en cours. « C’est pourquoi nous lançons un appel à toute personne morale ou physique de bonne volonté et au gouvernement congolais pour leur dire que apporter son aide à l’Université protestante au Congo, c’est aider à construire la nation congolaise comme repris dans notre devise », a-t-il déclaré.

L’architecte de ce projet, l’Ir. Kialuta Joachim, a expliqué que ces deux bâtiments sont construits sur une surface totale de mille neuf cents vingt-cinq mètre carré (1925 m carré).

Le pavillon 2 composé d’un laboratoire au rez-de-chaussée, des bureaux et d’une grande salle, est construit sur une surface de neuf cents nonante cinq mètre carré par l’entrepreneur METAL PRO, tandis que le pavillon 3 qui est composé des mêmes installations plus huit petits laboratoires, est construit sur une surface de neuf cents cinquante mètre carré par l’entrepreneur JJK Construction.

La faculté de médecine de l’Université protestante au Congo a vu le jour en 2006 et son 1er pavillon a été inauguré le 06 juillet 2011 grâce au partenariat entre l’UPC et les Services des Eglises évangéliques en Allemagne pour le développement (EED.Bonn), fusionné aujourd’hui avec Pain pour le monde-Service protestant de développement/PPLM. ACP/ZNG/Wet

Discours de S.E. Dr Oly Ilunga Kalenga au Gala de charité de l’ASBL « La Main sur le Coeur »

Discours de S.E. Dr Oly Ilunga Kalenga au Gala de charité de l’ASBL « La Main sur le Coeur »

Discours prononcé à l’occasion du Gala de charité organisé par l’ASBL « La Main sur le Coeur »

 

Excellence,

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

 

C’est un honneur pour moi de me retrouver parmi vous ce soir. Je tiens tout d’abord à remercier les grandes dames de m’avoir associé à la réalisation de ce beau projet, et à féliciter toute l’équipe pour l’organisation de ce dîner de gala en un temps record au bénéfice de l’ASBL « La main sur le cœur ». Cela est une preuve de votre engagement et votre détermination à aider les enfants qui ont perdu leurs parents à cause du VIH SIDA. Je n’ai d’ailleurs plus aucun doute que vous arriverez à mener brillamment ce projet qui transformera la vie de tant d’enfants.

Merci également à vous, chers invités, de leur avoir fait confiance et d’avoir généreusement contribué à cette belle initiative. Bien que le SIDA soit généralement associé à la peine et à la mort, l’événement de ce soir est en réalité une célébration de la vie. La joie de vivre de nos enfants, mais surtout la vie que nous apportent les enfants.

Lorsqu’une femme accouche, on dit souvent qu’elle a donné la vie. Pourtant si l’on réfléchit bien, ce n’est pas nous qui donnons la vie à nos enfants. Ce sont plutôt eux qui changent nos vies et qui donnent un autre sens à la vie. Une nouvelle vie faite d’amour, d’attention, de joie et de partage.

Ce n’est que quand nos enfants naissent que nous avons le privilège de commencer notre vie de père ou de mère. Et même lorsqu’il y a des tragédies, ce sont à nouveau les enfants qui restent la lumière et nous aident à passer le cap. Très vite, ils se remettent à jouer ; leur vitalité, leurs rires et leurs jeux nous apprennent une leçon importante : C’est toujours la vie qui triomphe.

Comme vous le voyez, les enfants nous apportent énormément dès leur naissance, et cela doit nous faire réfléchir sur notre rôle de parents.

Dans les mots du poète libanais Khalil Gibran : « [Parents] Vous êtes les arcs par qui vos enfants comme des flèches vivantes sont projetées. L’archer voit le but sur le chemin de l’infini et il vous tend de sa puissance pour que ses flèches puissent voler vite et loin … de même qu’il aime la flèche qui vole, il aime l’arc qui est stable … »

Une fois projetés dans la vie, les enfants, et particulièrement les orphelins, sont accompagnés par le regard bienveillant de l’Archer Divin et portés par le vent de la communauté jusqu’à ce qu’ils atteignent leur but ultime. Le projet de l’association La main sur le cœur que nous sommes venus soutenir ce soir est justement d’être ce souffle puissant d’amour et d’espoir pour porter les orphelins qui sont les victimes oubliées de l’épidémie du VIH/SIDA.

Le but de l’association est de leur offrir l’amour, le soutien et la stabilité nécessaire pour qu’ils réalisent leur destin respectif et deviennent les meilleures versions d’eux-mêmes.

Aider tous les enfants sans exception est un devoir mais surtout un service que nous nous rendons à nous-même. En effet, les enfants sont notre avenir et c’est en les aidants que nous donnerons une nouvelle vie à notre communauté.

 

À tous, je vous souhaite une excellente soirée !

Je vous remercie.

Dr Oly Ilunga Kalenga