Le Gouvernement réaffirme son engagement à éliminer le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme en RDC, en partenariat avec le Fonds Mondial

Le Gouvernement réaffirme son engagement à éliminer le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme en RDC, en partenariat avec le Fonds Mondial

Kinshasa, 17 mars 2018 – Ce vendredi 16 mars 2018, le Ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a présidé à Kinshasa, en présence de son collègue, le Ministre des Finances, Henri Yav, la cérémonie de lancement de la subvention du Fonds Mondial consacrée à la lutte contre le VIH /sida, la tuberculose et le paludisme pour la période de 2018- 2020.

Avec ce financement de 543 millions de dollars américains (USD), le Fonds Mondial confirme sa place en tant que premier et plus grand partenaire du Gouvernement congolais dans la lutte contre les trois maladies susmentionnées.

Ayant été récemment admis comme membre du Conseil d’Administration du Fonds Mondial pour la circonscription de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, le Dr Oly Ilunga Kalenga a tenu à marquer l’événement en présentant sa vision stratégique pour une meilleure utilisation des subventions allouées à la RDC. Il a indiqué qu’au cours de cette nouvelle période 2018-2020, une attention particulière devra être accordée à la recherche de plus d’efficience, plus de redevabilité et de plus de transparence en vue d’atteindre des résultats quantifiables au niveau des indicateurs de santé.

Tirant les leçons des cycles antérieurs, il a formulé quelques recommandations. La première est que les choix d’allocation des subventions soient davantage alignés sur les options stratégiques retenues par la RDC et fassent l’objet d’une concertation large dans le pays et non en dehors du pays avec un comité restreint.

Il a également recommandé qu’au cours de ce triennat l’approche verticale par pathologie évolue progressivement et rapidement vers une approche intégrée et transversale basée sur le renforcement du système de santé afin de garantir une meilleure absorption des subsides pour des actions à haut impact sur la santé des communautés.

Enfin, a-t-il dit, il y aura lieu de repenser le mode d’approvisionnement en médicaments et de mettre en place les outils pour mieux suivre les consommations au niveau des centres de santé.

Le Ministre des Finances a, quant à lui, réaffirmé l’engagement du Gouvernement congolais d’apporter sa contribution, au titre de contrepartie, à hauteur de 99 millions de dollars américains (USD) pour la période couverte par la subvention du Fonds mondial et confirme la détermination de la République d’allouer au moins 20% du montant de ces fonds aux programmes des trois maladies ciblées.

Il a promis, en tant que responsable du partenariat financier de la RDC, de veiller personnellement à l’utilisation de ces fonds, étant donné que sa première mission est de veiller à mobiliser des ressources extérieures, de veiller à leur utilisation dans le respect des règles, des procédures et des engagements pris avec les différents partenaires au développement et dans le présent cas avec le Fonds mondial.

La société civile sera également impliquée dans la mise en œuvre de la subvention par le biais des ONG CORDAID et SANRU, qui ont été sélectionnées comme principaux récipiendaires de la société civile.

La France et les Etats-Unis sont parmi les plus grands contributeurs du Fonds Mondial. Pour rappel, entre 2015 et 2017, la précédente subvention du Fonds Mondial avait permis d’organiser le dépistage contre le VIH de plus 7 millions de congolais, de mettre 117.000 personnes sous traitement antirétroviral, de dépister et traiter plus de 345.000 cas de tuberculose et de distribuer plus de 44 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide, dans l’ensemble du territoire de la République.

 

FIN

 

Leave a comment