Tolérance zéro:  Le Ministre de la Santé assiste à la destruction de plus d’une tonne de médicaments contrefaits à Kinshasa

Tolérance zéro:  Le Ministre de la Santé assiste à la destruction de plus d’une tonne de médicaments contrefaits à Kinshasa

Kinshasa, 8 février 2018 – Ce jeudi 8 février 2018, le Ministre de la Santé, le Dr Oly ILUNGA KALENGA, a assisté à la destruction de 1.7 tonne de lots de médicaments contrefaits d’une valeur d’environ 2 millions de dollars, qui avaient été saisis à l’aéroport de Ndjili en septembre 2017.

Pour le Dr Oly ILUNGA KALENGA, cet événement démontre l’importance et l’efficacité de l’Inspection Générale de la Santé qu’il avait créée en avril 2017. « La mission de l’Inspection Générale de la Santé est de renforcer la régulation du secteur de la santé et de vérifier le respect des normes existantes dans l’intérêt de la population. L’importation de médicaments contrefaits constitue un réel problème de santé publique. Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo se doit d’agir pour protéger sa population. C’est pour cela que nous avons décidé d’appliquer une politique de tolérance zéro concernant la contrefaçon de médicaments », a déclaré le Ministre de la Santé.

Au mois de septembre dernier, l’Office Congolais de Contrôle (OCC) avait intercepté, à l’aéroport de Ndjili, 58 colis de médicaments contrefaits. Les colis contenaient de faux comprimés de COMBIART, COARTEM et FANSIDAR, des médicaments antipaludéens, qui étaient dissimulés dans des friperies. L’importateur de ces médicaments ne disposait d’aucune autorisation d’importation et de mise sur le marché de produits pharmaceutiques sur le territoire de la RDC.

Les tests laboratoires des lots saisis ont révélé que ces médicaments ne possédaient aucune propriété curative et n’étaient pas conformes aux normes en vigueur. En collaboration avec INTERPOL, le Parquet Général de Kinshasa a constaté l’infraction et a ordonné la destruction des lots saisis.

Les lots ont été détruits selon les règles environnementales en vigueur au Centre d’Enfouissement Technique de Mpasa, dans la commune de la N’sele à Kinshasa.

 

FIN

Leave a comment