Mois : août 2017

Remise symbolique à Kinshasa des kits des matériels biomédicaux par le ministre de la santé

Remise symbolique à Kinshasa des kits des matériels biomédicaux par le ministre de la santé

Kinshasa, 21 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la santé, Dr Oly Ilunga Kalenga a procédé lundi à Kinshasa à la remise  symbolique des kits des matériels biomédicaux aux  provinces de Kinshasa, de Kwango, de Kwilu et de Mai Ndombe. Cet événement s’inscrit  dans le cadre du programme d’équipement des structures sanitaires (PSSE), conformément à la vision du Chef de l’état qui fait  de la santé une priorité et un droit fondamental.

Selon lui, «les principaux axes du Plan national de développement sanitaire (PNDS) portent sur  l’augmentation des soins non seulement  à la fois en termes de qualité et quantité, mais aussi en celui  de  l’augmentation à l’accessibilité en tenant compte de l’aspect géographique  pour les soins de santé  et la  qualité des infrastructures et  des équipements, qui constituent des priorités de ce plan».

La distribution de ces kits biomédicaux s’inscrit aussi dans le cadre de la 3eme phase du programme d’équipements des structures sanitaires (PESS), financé par le gouvernement de la RDC, en collaboration avec ses partenaires dont l’UNICEF. Il vise à renforcer en équipements des formations sanitaires, les  hôpitaux généraux et les centres de santé.

 

 

Il a émis les vœux de voir ces kits biomédicaux arriver à bonne destination afin de contribuer à la prise en charge médicale de la population concernée. Ces kits médicaux comprennent notamment, des tables des soins pour bébé, des microscopes binoculaires, des balances pour bébé et adultes, des marmites à pression.

 Satisfaction du ministre provincial de la santé de Mai-Ndombe

Le ministre provincial de la santé publique de Mai-Ndombe, Jean Claude Bola, s’est dit satisfait de l’acquisition des kits biomédicaux en faveur de sa province, au cours de la cérémonie de remise officielle de distribution de kits de matériels biomédicaux, pour les provinces de Kinshasa, Kwango, Kwilu et Mai-Ndombe organisée lundi à Kinshasa. «C’est pour nous un réel plaisir et un  motif de joie  de réceptionner auprès de la ministre national de la santé ces matériels biomédicaux, dans le cadre du programment d’équipements des structures sanitaires (PESS), en vue  d’améliorer la santé de la population de cette jeune province», a-t-il dit.

Ces matériels dont la province de Mai-Ndombe est bénéficiaire pour la première fois, vont apporter un coup de pouce à la population et équipés les zones de santé dont l’usage sera strictement  surveiller pour donner des soins de santé de qualité, a dit Dr Bola. Par la même occasion le ministre national de la santé, Oly Ilunga Kalenga a procédé au lancement des convois transportant ces matériels biomédicaux dans les provinces ciblées. ACP/FNG/JGD

Le ministre de la Santé pour la redynamisation de l’Hôpital général de référence de Kinshasa

Le ministre de la Santé pour la redynamisation de l’Hôpital général de référence de Kinshasa

Kinshasa, 21 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga a invité lundi à Kinshasa les membres du comité de gestion et le personnel de l’Hôpital général de référence de Kinshasa (HGRK) à redéfinir une nouvelle ambition pour cet Hôpital général.

 

Au cours de la réunion sur l’analyse institutionnelle du HGRK qu’il a présidée dans la salle de réunion de cet hôpital, il a déclaré : «Nous sommes réunis ici pour une seule raison, notamment redéfinir ensemble une nouvelle ambition pour l’Hôpital général de référence de Kinshasa. Pour bien redéfinir nos ambitions, nous devons partir des analyses sur nos forces, nos faiblesses, les menaces et les opportunités et cela en terme organisationnel, de procédure, d’infrastructures et des ressources humaines».

 

Prenant la parole à cet effet, le médecin directeur du HGRK, a indiqué que cet hôpital est une mine d’or. «L’équipe qui a découvert que le sida ne se transmet pas par le touché est de l’Hôpital général de référence de Kinshasa. Cet hôpital a contribué à la compréhension du VIH et c’est une contribution planétaire. Aujourd’hui plusieurs personnes qui occupent de haute fonction à l’ONUSIDA ont travaillé autour du VIH/SIDA à partir de 1980 », a-t-il dit, ajoutant qu’en contrepartie l’Hôpital général de référence de Kinshasa n’a rien reçu malgré toute cette contribution. «Le ministre de la santé nous a proposé d’accompagner le ministère pour réaliser cette analyse institutionnelle. Ce n’est pas un audit, mais une auto évaluation des capacités. Nous avons la capacité et l’expertise à travers notre projet santé finance et gouvernement d’accompagner l’hôpital à faire cette analyse institutionnelle», a dit le gestionnaire de programme de santé (santé reproductive et renforcement du système de santé) de l’USAID, Godefroid Mayala.

 

Cette analyse vise à assister techniquement l’HGRK à évaluer les capacités de leur organisation afin de pouvoir déterminer les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités. Ce projet, financé par l’USAID dans sa section santé finance et gouvernement qui a pour objectif global l’appui à la mise en œuvre du processus des réformes du ministère de la santé, répond à la demande du Ministre de la santé auprès de la directrice adjointe de l’USAID d’initier cette analyse institutionnelle afin de mesurer les capacités institutionnelle de cet hôpital.

 

Changement du social  dans le secteur de la santé

Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, a rassuré lundi aux différents syndicalistes de l’Hôpital général de référence de Kinshasa en service minimum qu’il est en faveur du changement social dans son secteur. « Dès le départ, je m’étais dit que dans mon mandat, je veux tout faire pour changer le social dans le secteur de la santé tant à Kinshasa que sur toute l’étendue de la RDC », a-t-il déclaré tout en leur demandant de maîtriser d’abord les effectifs du secteur avec leur qualification en vue de sortir de cette situation. Cette  maîtrise des effectifs permettra de demander un budget objectif pour le secteur en vue d’améliorer les conditions sociales. Il les a aussi invité au dialogue social permanent. ACP/FNG/JGD

Le ministère de la santé et le PNUD pour une commission bipartite dans le cadre d’une réponse à la crise du Kasaï

Le ministère de la santé et le PNUD pour une commission bipartite dans le cadre d’une réponse à la crise du Kasaï

Kinshasa, 14 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la santé, Oly Ilunga Kalenga et le représentant spécial adjoint du secrétaire général coordonnateur résident et humanitaire, représentant résident du PNUD en RDC, Mamadou Diallo, se sont convenus lundi dans le cadre de la réorganisation du système de santé et de la réponse de la crise du Kasaï  pour mettre en place une commission bipartite MONUSCO – Ministère de la Santé.

Cette commission bipartite aura pour but de discuter de l’organisation d’une rencontre sous forme de forum entre les acteurs publics, confessionnels, humanitaires et de la famille des Nations Unies et le gouvernement  pour une approche coordonnée de la réponse en matière de santé à la crise du Kasaï

Au-delà de la crise du Kasaï, le ministre de la Santé et son interlocuteur ont exploré un autre type de collaboration, notamment la réflexion sur le renforcement de capacité, d’alerte, de surveillance épidémiologique et de réponse aux épidémies tel que cela était le cas dans le cadre de la réponse à l’épidémie Ebola. Ils ont également discuté  de  la problématique de la protection sociale des congolais vulnérables surtout sur le cas de l’accès aux soins de santé et à la couverture sanitaire universelle. ACP/Fng/JGD

Le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, redynamise la lutte contre l’épidémie de choléra à Goma

Le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, redynamise la lutte contre l’épidémie de choléra à Goma

Du 09 au 11 août 2017, le Ministre de la Santé, Dr Oly ILUNGA KALENGA, s’est rendu à Goma pour redonner un nouvel élan à la lutte contre la flambée épidémique de choléra en cours dans cette ville et ses environs depuis le 11 juillet 2017.

En effet, c’est suite à une interruption involontaire du fonctionnement de la REGIDESO consécutive à un problème de fourniture en électricité, qu’une flambée épidémique de cas de choléra a été rapportée à Goma.

Jusqu’au 08 août, il avait déjà été rapporté 3145 cas et 17 décès. Malgré les mesures de riposte mises en place depuis la déclaration de l’épidémie et malgré une tendance globale à la baisse, la situation reste préoccupante du fait de la poursuite de l’extension géographique de l’épidémie. Et au 12 août, ce sont 3312 cas et 17 décès qui ont été enregistrés.

 

Devant cette situation épidémiologique et considérant la prévalence du choléra dans le reste du pays, il était nécessaire et urgent de réfléchir à l’ajustement du plan de lutte en cours  afin d’éviter une situation plus dramatique. La démarche du Ministre de la Santé à Goma, de concert avec les autorités provinciales, a consisté à :

1) Redynamiser les différentes commissions techniques œuvrant dans la riposte contre l’épidémie de choléra de Goma.

2) Officialiser le lancement du Programme National d’Elimination du Choléra et de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques (PNECHOL-MD), né de la redéfinition du mandat et missions du Programme National de Lutte contre les Maladies Diarrhéiques. L’objectif est de faire de la RDC, un pays où le choléra ne sera plus un problème de santé publique. Le Comité technique de ce programme est dirigé par le Ministre de la Santé. Ce programme comportera également un Pool d’Intervention rapide en charge d’appuyer les zones de santé dans la riposte aux épidémies de choléra.

 

Pour imprimer une nouvelle dynamique à la riposte à la crise de choléra qui sévit à Goma, le Gouvernement de la République a pris un ensemble de mesures urgentes, y compris la libération des fonds additionnels pour la mise en œuvre d’actions complémentaires. Il a été décidé :

1) Par rapport à l’eau, d’augmenter le nombre de points de chloration qui passent de 6 à 25 ; d’ajouter 6 citernes de 20m3 pour avoir des sites supplémentaires de distribution d’eau potable ; et d’apporter un appui à la REGIDESO pour l’achat du carburant nécessaire pour augmenter son apport dans l’alimentation de la ville en eau.

2) Par rapport à la prise en charge des malades, il a été décidé de sécuriser le transport des malades et éviter les contaminations en mettant à disposition 3 ambulances et en réactivant le numéro vert.

3) Par rapport aux mesures à caractère politique, le Comité technique a remis une note au Gouvernement provincial afin de valider un ensemble de mesures visant à améliorer l’accès de la population à  l’eau potable à un prix abordable.

4) Par rapport à la motivation des ressources humaines impliquées dans la lutte contre cette épidémie, les fonds ont été disponibilisés pour le payement de la prime du personnel des Unités de traitement de choléra, les personnes impliquées dans les activités communautaires ainsi que dans les sites de chloration.

Ceci est donc l’occasion de porter à la connaissance de l’opinion publique qu’il n’a jamais existé une situation de grève du personnel d’un quelconque centre de traitement de cas de choléra à Goma comme cela a pu être rapporté.

 

Des mesures urgentes pour lutter efficacement contre le choléra

Des mesures urgentes pour lutter efficacement contre le choléra

Goma, 12 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, Dr. Oly Ilunga Kalenga, en visite de travail à Goma, a annoncé ce jeudi 10 août, au cours d’un point de presse tenu à l’hôtel Cap Kivu, une batterie des mesures arrêtées par le Gouvernement de la République pour lutter efficacement contre le choléra qui sévit depuis la mi-juin  dans la  ville de Goma et sur une partie du territoire de Nyiragongo, en particulier et sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo en général.

A part  le lancement   du plan national de riposte contre le choléra et les mesures urgentes proposées, il a été une nécessité et une urgence que les missions du programme de lutte contre les maladies diarrhéiques soient converties en programme national d’élimination du choléra et de lutte contre les maladies diarrhéiques. Ce programme, a-t-il signifié, sera chapeauté par un comité stratégique en charge de la planification des stratégies d’élimination du choléra et une coordination nationale doté des pools d’intervention.

Les mesures urgentes proposées pour changer rapidement la donne  dans la ville de  Goma et ses environs concernent ainsi à rendre disponible et accessible l’eau  traitée de la Regideso et la prise en charge correcte des personnes déjà atteintes  par cette épidémie.

Au sujet des mesures urgentes dans le cadre du volet eau, hygiène et assainissement,  il a été convenu que le Gouvernement avec l’appui des partenaires en matière de santé d’augmente le nombre des sites de chloration pour une accessibilité de la population à l’eau potable  sans barrière financière.

La révision à la hausse du nombre des baladers  pour la distribution rapide et le soutien conséquent à la REGIDESO pour accroitre sa capacité de production d’eau, constituent entre  autres  mesures d’urgence prises.

En ce qui concerne la prise en charge de nouveaux cas, le transport sécurisé en ambulances
des malades jusqu’au centre de traitement a été recommandé à travers l’activation d’un numéro vert.

Le ministre de la Santé publique a  rappelé qu’il n’y a pas de développement sans une population active et en bonne santé. Il a également émis  le vœu de voir la population contribuer au renversement de la situation actuelle du choléra à Goma, en changeant notamment leur comportement.

Les statistiques actualisées font état de trois mille quatre cents (3.400) cas de choléra enregistrés contre une vingtaine de décès en dépit du taux de létalité qui est toujours faible soit moins de 10%, preuve d’une prise en charge correcte

de l’épidémie. ACP/Fng/Bsg/May

Lancement d’un nouveau plan de riposte contre les épidémies à partir de Goma

Lancement d’un nouveau plan de riposte contre les épidémies à partir de Goma

Goma, 09 Août 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, Dr. Oly Ilunga Kalenga qui est arrivé mercredi à Goma  pour, une visite de travail, a annoncé la décision du Gouvernement  de la République de lancer, au départ du Nord-Kivu, une nouvelle impulsion au plan de riposte dans la prise en charge des épidémies.

Il va s’agir, a dit le ministre, du programme national pour l’élimination du choléra et autres maladies diarrhéiques avec comme point d’orgue le changement de comportement qui passe par la consommation de l’eau traitée au chlore outre la stricte observance des règles d’hygiène notamment le lavage des mains après les moments critiques.

L’objectif est de faire face aux épidémies devenues  un véritable problème de santé publique, a  souligné  le Ministre de la Santé publique  avant d’assurer que la finalité est d’éradiquer, avec méthode et de la façon la plus systématique, le choléra car « tout développement n’est possible que si la population active est en  bonne santé».

Le ministre a aussi saisi cette occasion  pour  adresser les félicitations du Gouvernement central aux parties impliquées dans la prise en charge et la riposte contre le choléra déclaré depuis le 19 juin 2017 à Goma et dans une partie du territoire de Nyiragongo.

Au cours d’un briefing, au Gouvernorat du Nord-Kivu, sur l’état de la réponse à l’épidémie, Oly Ilunga Kalenga a salué le degré de mobilisation dont ont fait preuve  les différents intervenants.

Pour lui, le faible taux de létalité actuellement observé dans la prise en charge du choléra constitue une preuve que la riposte a été savamment assurée par les professionnels de la santé avec l’appui des partenaires intervenants dans ce secteur.

Satisfaction de Julien Paluku Kahongya

Le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, a salué l’arrivée à Goma du ministre de la Santé, une preuve selon lui de l’intérêt manifeste du Gouvernement central à joindre ses efforts à ceux des autorités provinciales et des partenaires pour non seulement la prise en charge totale du choléra mais aussi et surtout son éradication pour le bien des administrés.

L’Autorité provinciale a ainsi loué le degré de mobilisation des professionnels de la santé et l’appui considérable des partenaires qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour une prise en charge  des cas déclarés, preuve d’une correcte riposte.

Genèse de la maladie

Dans un exposé, le chef de la division provinciale intérimaire de la Santé au Nord-Kivu, Dr Janvier Kubuya, a présenté à l’assistance les résultats atteints depuis la déclaration de l’épidémie jusqu’à ce jour.

Tout est parti de la prison centrale de Goma dite Munzenze, épicentre de la maladie, avant de se  propager jusqu’à affecter les coins de la ville non desservis en eau potable de la Regideso, a-t-il dit, soulignant que  le  faible taux d’approvisionnement de la ville de Goma en eau potable, constitue la cause principale de la  propagation du choléra  qui a tué dix-sept (17) personnes sur les trois mille cent quarante (3.140) cas actuellement déclarés.

Le programme du Ministre Oly Ilunga Kalenga à Goma prévoit notamment une visite au centre de chloration de l’eau situé à la plage du peuple, du site de traitement du choléra logé dans l’enceinte de l’Hôpital provincial de référence du Nord-Kivu en plus d’une rencontre avec les professionnels des médias de la place. ACP/FNG/BSG/Wet/KJI