Mois : juin 2017

Le ministre de la Santé publique réceptionne deux nouveaux pavillons à l’UPC

Kinshasa, 18 juin 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a réceptionné samedi à Kinshasa du ministre de l’enseignement supérieur et universitaire, Steeve Mbikayi, deux nouveaux pavillons de la faculté de médecine de l’Université protestante du Congo (UPC), à l’occasion de la cérémonie de l’inauguration des pavillons 2 et 3 du bâtiment de la Faculté de médecine au sein de cette institution universitaire.

Les deux pavillons que le ministre de la Santé publique a ensuite remis à l’UPC. « On n’insistera jamais assez en disant que la médecine de qualité n’est pas une question clinique et d’instrument ou d’appareil, c’est une question d’homme. C’est la qualité de l’homme à la fois scientifique, intellectuelle, de cœur et spirituelle qui font la grandeur des hommes et de médecins », a déclaré le ministre Oly Ilunga, après avoir félicité les autorités de l’Université protestante du Congo et toutes les personnes qui les ont soutenues dans la réalisation de ces projets.

Le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mr Mbikayi Steeve, a déclaré que le cas de l’UPC est une illustration de résultats que l’on peut obtenir quand les efforts sont fournis pour assurer une bonne gestion de ressources disponibles.

Ces efforts, a-t-il dit, visent l’amélioration de conditions de travail et d’études pour les étudiants et les enseignants. « C’est une occasion pour l’autorité de tutelle de rappeler aux uns et aux autres que la quête de l’excellence et de la qualité que nous sommes appelés à promouvoir dans le secteur nécessite que l’endroit où l’on travaille soit adéquat. Je suis convaincu qu’il est possible que nous arrivions à redresser le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire dans la bonne gouvernance », a rappelé le ministre de l’ESU.

Il a ajouté que l’engagement de travailler pour la bonne évolution du Alma Mater en améliorant la qualité de la formation fournira des cadres compétents à la RDC. « Telle est notre mission en vue de contribuer de manière significative au développement national et en vue de faire rayonner notre secteur au niveau régional et international ».

 

Plus de un million quatre cents dollars américains pour ces deux pavillons

Pour Mgr le recteur de l’UPC, le Prof Daniel Ngoy Boliya, ces deux bâtiment ont été construits grâce au financement du gouvernement congolais sous le premier ministre Matata Ponyo Mapon, présent à cette inauguration,  avec une aide de six cents vingt-huit mille deux cents cinquante dollars américains (628.250 USD) et de sept cents mille Euros (700.000 EU), équivalent à  huit cents mille (800.000 USD), soutien du gouvernement allemand par Pain pour le monde-Service protestant de développement/PPLM.

« Ce projet de construction de la faculté de médecine est en cours. « C’est pourquoi nous lançons un appel à toute personne morale ou physique de bonne volonté et au gouvernement congolais pour leur dire que apporter son aide à l’Université protestante au Congo, c’est aider à construire la nation congolaise comme repris dans notre devise », a-t-il déclaré.

L’architecte de ce projet, l’Ir. Kialuta Joachim, a expliqué que ces deux bâtiments sont construits sur une surface totale de mille neuf cents vingt-cinq mètre carré (1925 m carré).

Le pavillon 2 composé d’un laboratoire au rez-de-chaussée, des bureaux et d’une grande salle, est construit sur une surface de neuf cents nonante cinq mètre carré par l’entrepreneur METAL PRO, tandis que le pavillon 3 qui est composé des mêmes installations plus huit petits laboratoires, est construit sur une surface de neuf cents cinquante mètre carré par l’entrepreneur JJK Construction.

La faculté de médecine de l’Université protestante au Congo a vu le jour en 2006 et son 1er pavillon a été inauguré le 06 juillet 2011 grâce au partenariat entre l’UPC et les Services des Eglises évangéliques en Allemagne pour le développement (EED.Bonn), fusionné aujourd’hui avec Pain pour le monde-Service protestant de développement/PPLM. ACP/ZNG/Wet

Le Ministre de la Santé appelle les journalistes de la santé à jouer un rôle de premier plan sur le VIH/SIDA

Kinshasa, 15 juin 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a, invité les journalistes de la santé à jouer un rôle de 1er plan sur le VIH/SIDA, lors de la clôture mercredi de la formation des journalistes organisée par VOA Africa du 12 au 14 juin 2017 à Kinshasa sur les violences basées sur le Genre et le VIH/Sida.

Pour le ministre Oly Ilunga, les médias ont un rôle et un engagement particulier pour corriger et  réparer l’image qu’ils ont donné au VIH/Sida lors de découverte entre 1984 et 1985, un message de stigmatisation. «La société attend des médias à ce que la génération suivante porte un autre regard sur le VIH/SidaVous avez un rôle important dans une société croissante, c.à.d. que la sensibilisation doit être continue», a déclaré le ministre de la Santé publique. Le but de la communication de la santé aujourd’hui est de produire un changement de comportement, a-t-il dit.

Le manager de l’Union congolaise des organisations de Personnes vivant avec le VIH/Sida (UCOP+), Fidèle Benda, a par ailleurs dit par rapport à la lutte que son organisation fournit des efforts dans la prise en charge de cette maladie.

Pour Nathalie Sekaburoho, journaliste participante à cette formation, ces assises tombent à point nommé, car elle permettra aux médias de sensibiliser la population au travers des émissions, des articles, des publications, des reportages. Elle a demandé aux organisateurs de multiplier encore ces genres d’initiatives pour  permettre aux médias de s’équiper.

Bertrand Mayumbu, a indiqué que la formation était très enrichissante et a permis aux professionnels de médias d’être conscients du travail qu’ils doivent exécuter sur les violences basées sur le Genre et le VIH /Sida. Un brevet a été remis aux participants à l’issue de cette formation. ACP/FNG/Kayu/JGD/FMB

RDC/Statut Ebola – La propagation du virus Ebola maitrisée au 4 juin 2017

Kinshasa, 04 juin 2017 (ACP).- La propagation de l’épidémie de la maladie à virus Ebola, survenue à Likati, dans la province du Bas-Uélé du 22 avril au 02 juin 2017 a été maitrisée, a déclaré vendredi à Kinshasa, le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga Kalenga, au cours d’un point de presse.

« A ce stade, nous pouvons dire que la propagation de l’épidémie a été maitrisée et ce, grâce à la qualité des experts nationaux et internationaux dépêchés dans la zone de santé, à la rapidité de la riposte sanitaire coordonnée au niveau central et, probablement aussi, grâce à d’autres facteurs liés au contexte local devant encore faire l’objet d’investigations scientifiques », a dit le ministre de la Santé.

Il a fait remarquer que c’est l’ensemble de mesures conventionnelles de santé publique, déployées par le comité national de coordination de la riposte à Ebola, qui ont permis de contrôler l’expansion de l’épidémie. « La période d’incubation maximale du virus Ebola étant de 21 jours et vu qu’aucun nouveau cas n’a été déclaré depuis le 11 mai, date correspondant à l’isolement du dernier cas confirmé, la RDC passe maintenant dans une deuxième phase qui est celle de la surveillance renforcée, car le cap fatidique des 21 jours est passé », a indiqué le Dr  Ilunga.

Il a rappelé que dès le 17 mai, les autorités de régulation avaient donné leur approbation à l’utilisation du candidat vaccin, dans le cadre de la riposte, « mais pour différentes raisons, notamment logistiques, les vaccins ne sont toujours pas arrivés en RDC ».

Selon le ministre, du 21 avril à ce jour, la RDC comptabilise sept cas dont trois probables, car antérieur à l’investigation, quatre confirmés au laboratoire et quatre décès. « Aucun professionnel de santé n’a développé la maladie, aucun contact des patients décédés n’a développé une fièvre virale hémorragique et tous les tests réalisés sur les cas suspects sont négatifs à ce jour », a  précisé le Dr Ilunga.
C’est le 11 mai dernier, qu’a été annoncé à l’opinion tant nationale qu’internationale la survenue de la maladie à virus Ebola dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas- Uélé., rappelle- t- on.  ACP/Kayu/KGD

Ebola: Communication spéciale du Ministre de la Santé en rapport avec la situation épidémiologique au 2 juin 2017

Ebola: Communication spéciale du Ministre de la Santé en rapport avec la situation épidémiologique au 2 juin 2017

Chers compatriotes,

Le 11 mai 2017, nous annoncions à l’opinion tant nationale qu’internationale la survenue de la maladie à virus Ebola dans la zone de santé de Likati dans la province du Bas-Uélé.

Le 12 mai, par arrêté ministériel, le Comité national de lutte a été mis en place ainsi que les différentes commissions techniques pour organiser le plan de riposte et empêcher la propagation de la maladie.

Du 21 avril à ce jour, nous comptabilisons sept (7) cas dont trois (3) probables, car antérieur à l’investigation, et  quatre (4) confirmés au laboratoire. De tous ces cas, quatre (4) sont décédés.

Aucun professionnel de la santé n’a développé la maladie. Aucun contact des patients décédés n’a développé une fièvre virale hémorragique. Tous les tests réalisés sur les cas suspects sont négatifs à ce jour.

Chers compatriotes,

La période d’incubation maximale du virus Ebola étant de 21 jours et vu qu’aucun nouveau cas n’a été déclaré depuis le 11 mai, date correspondant à l’isolement du dernier cas confirmé, la RDC passe maintenant dans une 2e phase qui est celle de la surveillance renforcée, étant donné que le cap fatidique des 21 jours est passé.

A ce stade, nous pouvons dire que la propagation de l’épidémie a été maitrisée et c’est grâce à la qualité des experts nationaux et internationaux dépêchés dans la zone de santé,  grâce à la rapidité de la riposte sanitaire coordonnée au niveau central; et probablement aussi grâce à d’autres facteurs liés au contexte local qui doivent encore faire l’objet d’investigations scientifiques.

Il est également utile de rappeler à l’opinion que dès le 17 mai, les autorités de régulation avaient donné leur approbation à l’utilisation du candidat vaccin dans le cadre de la riposte. Mais pour différentes raisons, notamment logistiques, les vaccins ne sont toujours pas arrivés en RDC à ce jour.

Au vu des données épidémiques, c’est l’ensemble de mesures conventionnelles de santé publique, déployées par le Comité national de coordination de la riposte à Ebola, qui ont permis de contrôler l’expansion de l’épidémie.

Je vous remercie.        

Dr Oly ILUNGA KALENGA                                      

RDC/Statut Ebola – La propagation du virus Ebola maitrisée au 2 juin 2017

Kinshasa, 02 juin 2017 (ACP).- La propagation de l’épidémie de la maladie à virus Ebola, survenue à Likati, dans la province du Bas-Uélé depuis le 22 avril 2017, en date du 02 juin 2017 a été maitrisée, a déclaré vendredi le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga Kalenga.

Il l’a dit au cours de son point de presse organisé dans la salle de réunion du ministère de la Santé publique, en présence du directeur de l’INRB et du représentant de l’OMS en RDC. « A ce stade, nous pouvons dire que la propagation de l’épidémie a été maitrisée et ce, grâce à la qualité des experts nationaux et internationaux dépêchés dans la zone de santé, à la rapidité de la riposte sanitaire coordonnée au niveau central et, probablement aussi, grâce à d’autres facteurs liés au contexte local qui doivent encore faire l’objet d’investigations scientifiques », a-t-il indiqué.

Il a signalé qu’au vu des données épidémiques, c’est l’ensemble de mesures conventionnelles de santé publique, déployées par le comité national de coordination de la riposte à Ebola, qui ont permis de contrôler l’expansion de l’épidémie.  « La période d’incubation maximale du virus Ebola étant de 21 jours et vu qu’aucun nouveau cas n’a été déclaré depuis le 11 mai, date correspondant à l’isolement du dernier cas confirmé, la RDC passe maintenant dans une deuxième phase qui est celle de la surveillance renforcée, étant donné que le cap fatidique des 21 jours est passé », a souligné Dr Oly Ilunga Kalenga.

Il a signalé qu’il est probablement utile de rappeler à l’opinion que dès le 17 mai, les autorités de régulation avaient donné leur approbation à l’utilisation du candidat vaccin dans le cadre de la riposte, « mais pour différentes raisons, notamment logistiques, les vaccins ne sont toujours pas arrivés en RDC à ce jour ».

Selon le ministre, du 21 avril à ce jour, la RDC comptabilise sept (7) cas dont trois (3) probables, car antérieur à l’investigation, et quatre (4) confirmés au laboratoire et de tous ces cas, a-t-il dit, on note quatre (4) décédés. « Aucun professionnel de santé n’a développé la maladie, aucun contact des patients décédés n’a développé une fièvre virale hémorragique et tous les tests réalisés sur les cas suspects sont négatifs à ce jour », a indiqué le Dr Oly Ilunga Kalenga.

Le 11 mai 2017, il a été annoncé à l’opinion tant nationale qu’internationale la survenue de la maladie à virus Ebola dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas- Uélé. Le 12 mai 2017, par arrêté ministériel, le comité national de lutte a été mis en place ainsi que les différentes commissions techniques pour organiser le plan de riposte et empêcher la propagation de la maladie, rappelle-t-on. ACP/Mat/JGD/Fmb